3 min de lecture Ségolène Royal

Ecomouv' : "La méthode Royal a payé", analyse Élizabeth Martichoux

REPLAY - Le gouvernement a décidé de résilier le contrat de partenariat conclu avec Ecomouv', la société qui devait récolter l'écotaxe. "Une option qui porte la marque Royal, critiquable mais inimitable", pour la journaliste.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura iTunes RSS
>
Ecomouv' : "La méthode Royal a payé", analyse Élizabeth Martichoux Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245_MARTICHOUX
Elizabeth Martichoux Journaliste RTL

830 millions d'euros : c'est ce que pourrait coûter le fiasco écotaxe. Mais le gouvernement a choisi de résilier son partenariat avec Ecomouv', en comptant sur des failles juridiques pour ne pas payer cette facture exorbitante. C'est ce que Ségolène Royal souhaitait. La ministre de l'Écologie a remporté un nouvel arbitrage. 

Même si honnêtement le gouvernement n'avait pas une énorme marge de manœuvre, il était acculé à dénoncer ce contrat avant le 31 octobre pour ne pas avoir à payer encore plus s'il tardait. Il y avait tout de même deux possibilités. L'une : résilier et négocier. C'était ce que souhaitaient les juristes du ministère de l'Écologie et de Bercy, qui privilégient toujours la solution la plus prudente. L'autre : résilier et attaquer. Une solution qui a eu la préférence de Ségolène Royal.

Royal "prend ses responsabilités"

Depuis des semaines, elle martèle : "Nous irons sans doute au contentieux pour que les Français ne paient pas cette facture". On y va, en effet, la fleur au fusil, mais sans savoir où cela va nous mener financièrement. C'est la méthode Royal. Elle  prend des risques. Elle appelle cela "prendre ses responsabilités".

À lire aussi
Ségolène Royal lors des questions au gouvernement, le 3 février 2015, à l'Assemblée. transition énergétique
Transition énergétique : le Parlement adopte définitivement la loi

Parfois, elle prend le mur, comme quand elle a souhaité, sur RTL, la gratuité des autoroutes. Ce jour-là, elle a poussé le bouchon un peu loin. Elle s'est pris un désaveu de Manuel Valls en pleine face. le Premier ministre a fait dire que cette proposition sur les autoroutes était carrément "infaisable".

Comme souvent, Royal lance une idée qui plait à l'opinion

Élizabeth Martichoux
Partager la citation

Comme souvent, Ségolène Royal lance une idée qui plait à l'opinion, mais qui n'est pas forcément réaliste. Ou alors, elle prend une décision sans avoir de solutions. C'est le cas quand elle annule le dispositif qui devait remplacer l'écotaxe : elle n'a rien mis sur la table pour compenser.

Cela dit, la méthode Royal, ce n'est pas que ça. Elle est capable de déraper sur les autoroutes. Elle est aussi capable de négocier remarquablement sa loi sur la transition énergétique. Pour y parvenir, elle a su écouter. Un bel effort, car comme le dit un conseiller ministériel : "Elle est toujours tentée de passer en force".
Ségolène Royal a très mal vécu cette semaine la gestion gouvernementale de la mort de Rémi Fraisse lors d'affrontements sur le site du projet de barrage de Sivens. Il n'y avait qu'à voir son visage fermé mardi à l'Assemblée nationale. On avait l'impression qu'elle se disait : "Comment en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi n'y arrive-t-on pas ?"
Elle qui a été plusieurs fois ministre à une époque où  la gauche conduisait le pays avec succès, elle qui a été candidate à l'Elysée , qu'a-t-elle pensé de ce gouvernement incapable de réagir humainement pendant 48 heures ?  

La modestie n'est pas son sujet

Autre question : pourquoi n'a t-elle pas parlé avant mercredi ? Manuel Valls lui a-t-il donné la consigne de ne rien dire, dans un de ses accès d'autoritarisme ? Quoi qu'il en soit, le lendemain à la sortie du Conseil des ministres, elle n'a pas demandé l'autorisation de prendre la parole.

Petite anecdote, au passage. Lorsqu'un  membre de cabinet lui a un jour déconseillé d'accepter une interview, elle l'a envoyé paître avec  ce texto : "Les vieilles qui ont de l'expérience, ça peut servir". Se laisser faire, ce n'est pas son genre. 

Elle est et elle restera au service de François Hollande, jusqu'au bout

Élizabeth Martichoux
Partager la citation

Pour revenir au dossier tragique, techniquement et politiquement complexe de Sivens, elle a donc repris la main. Elle réunira mardi prochain les acteurs, parce que c'est son devoir de ministre de l'Environnement, et parce qu'elle a la conviction qu'elle est bien la seule à pouvoir trouver la sortie. La modestie n'est pas son sujet.

Pour autant, il faut la croire quand elle dit que la présidentielle pour elle, c'est terminé. Aujourd'hui en tout cas, elle y a effectivement renoncé. Elle est loyale avec ce gouvernement (en témoigne son soutien à Bernard Cazeneuve). Elle est et elle restera au service du Président, jusqu'au bout. Parce que, comme le résume un de ses amis, pour elle, "François, c'est François".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Ségolène Royal Environnement Transports
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7775104088
Ecomouv' : "La méthode Royal a payé", analyse Élizabeth Martichoux
Ecomouv' : "La méthode Royal a payé", analyse Élizabeth Martichoux
REPLAY - Le gouvernement a décidé de résilier le contrat de partenariat conclu avec Ecomouv', la société qui devait récolter l'écotaxe. "Une option qui porte la marque Royal, critiquable mais inimitable", pour la journaliste.
https://www.rtl.fr/actu/politique/ecomouv-la-methode-royal-a-paye-analyse-elizabeth-martichoux-7775104088
2014-10-31 07:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/cLQyJ8TjCjCrBVVf-5oLSQ/330v220-2/online/image/2014/1027/7775017845_elizabeth-martichoux.jpg