2 min de lecture Alain Vidalies

Duflot et Valls sur les Roms : "chacun joue sa partition" pour Vidalies

Le ministre des Relations avec le Parlement tempère la dispute sur les Roms entre Cécile Duflot et Manuel Valls.

Alain Vidalies.
Alain Vidalies. Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Il n'y a pas de couac au gouvernement selon Alain Vidalies. Interrogé sur LCI et Radio-Classique, le ministre des Relations avec le Parlement assure que Cécile Duflot ne doit pas partir du gouvernement. La ministre EELV du Logement a accusé jeudi 26 septembre Manuel Valls d'être allé "au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain" quand il a estimé qu'une majorité de Roms ne pouvait pas s'intégrer en France.

S'il a pointé "de l'excès" dans les propos de Cécile Duflot, Alain Vidalies assure qu' "on a bien vu que chacun jouait sa partition sur une question qui est une des plus difficiles qui soient".

"Le président de la République, le Premier ministre, ils ont une position dans cette affaire", a dit l'élu landais. "Cette position, ce n'est ni ce qui a été exprimé par Manuel Valls sur uniquement la partie répressive, ni ce qui a été dit hier par Cécile Duflot sur la partie traitement humain". "La position du gouvernement, c'est la circulaire d'août 2012", a-t-il poursuivi.

Il faut conjuguer les deux positions

François Hollande ne va donc rien faire face à ce différend public? "Si, il va rappeler ce qu'est la position: il n'y a pas deux positions différentes à l'intérieur du gouvernement, il n'y en a qu'une et peut-être va-t-il dire à chacun des solistes: il faut conjuguer les deux positions", l'un plus sur la sécurité, l'autre plus sur l'intégration.

À lire aussi
À Millas, un TER a percuté un bus scolaire le 14 décembre 2017 pyrénées-orientales
Collision à Millas : le passage à niveau, "au cœur du problème" selon Alain Vidalies

"Les parias, ils dérangent toujours, ils ont toujours dérangé, c'est tellement facile de rassembler la communauté nationale contre ces gens!", s'est encore exclamé le ministre.

Pour le ministre, "il faut tenir les deux bouts" et "ce qui est un peu regrettable, c'est qu'effectivement, il y ait des lectures, chacun dans son champ de compétences, uniquement d'une partie de la circulaire". Comme on lui a opposait que "Delphine Batho avait été virée pour beaucoup moins que ça", Alain Vidalies a observé : "c'était sur la critique de la politique budgétaire. Là, que le timing ne soit pas opportun, c'est une chose, mais ce qui compte, c'est sur le fond".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alain Vidalies Cécile Duflot Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants