2 min de lecture Asile

Droit d'asile : des députés proposent des centres semi-fermés pour les migrants déboutés

INFO RTL - Les deux députés chargés du rapport sur le droit d'asile proposent de placer les déboutés sous surveillance, afin de préparer leur retour vers leur pays d'origine. Une "ligne rouge" pour les associations.

Des immigrés font la queue devant la préfecture de Seine-Saint-Denis, à Bobigny, en décembre 2012.
Des immigrés font la queue devant la préfecture de Seine-Saint-Denis, à Bobigny, en décembre 2012. Crédit : Jacques Demarthon - AFP
Thomas Prouteau et La rédaction numérique de RTL

Ce qui n'est encore qu'une hypothèse de travail crée déjà un petit séisme. Le socialiste Jean-Louis Touraine et la centriste Valérie Létard envisagent de placer sous surveillance les demandeurs d'asile dont le dossier a été définitivement rejeté. Cette idée figure parmi les conclusions de la Concertation nationale sur l'asile souhaitée par Manuel Valls qui s'est achevée le 15 novembre, et qui ont été présentées aux associations. 

Les deux députés envisagent de créer des centres semi-fermés où serait notamment préparé le retour des migrants vers leur pays d'origine. Aujourd'hui, en cas de refus, les demandeurs d'asile sont simplement invités à quitter le territoire français, mais sans contrainte.

La colère des associations

"Pour nous, c'est une ligne rouge", explique Florent Gueguen à RTL. Le directeur de la Fnars, qui fédère des centaines d'associations, a participé à la concertation sur l'asile organisée par Manuel Valls et rejette le projet en bloc.

À lire aussi
George Newhouse, avocat australien membre du National Justice Project, le 28 août 2009 Migrants
Australie : des demandeurs d'asile vont attaquer l'État pour torture

"Les associations ne géreront pas des centres semi-fermés où on contrôle les allées et venues des demandeurs d'asile et où on mélange le répressif et l'accueil humanitaire", affirme-t-il. "Ce n'est pas notre travail."

Il espère être entendu par les parlementaires, avant la remise du rapport définitif des députés, attendue fin novembre. Chaque année plusieurs milliers de déboutés de l'asile restent en France, sans papier. C'était le cas de la famille de Leonarda, la collégienne rom expulsée en octobre vers le Kosovo.

Des motifs de désaccords nombreux

Dans leurs conclusions provisoires, les députés proposent également de tout mettre en œuvre pour réduire de 18 mois actuellement à 6 mois le délai de traitement des dossiers, un point qui satisfait pleinement les associations.

Mais les autres motifs de désaccords sont nombreux : outre les centres semi-fermés, la Fnars déplore le projet de confier aux préfectures et à l'OFII (Offiice français d'immigration et d'intégration) la gestion des demandeurs plutôt qu'à l'OFPRA (Office français des réfugiés et des apatrides), autorité indépendante. La Fnars déplore également l'absence d'un plan national de construction de CADA, les centres ou sont hébergés les demandeurs d'asile, qui manquent de place aujourd'hui.

L'association France Terre d'Asile (FDTA) souligne également que si "l'ensemble des participants" s'accorde à vouloir réformer l'asile "les moyens diffèrent". Dans un communiqué, Pierre Henry, le directeur de FDTA, appelle le ministère de l'Intérieur et la majorité parlementaire à "faire les bons choix" avant le vote de la loi prévu en 2014.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Asile Immigration Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7766935874
Droit d'asile : des députés proposent des centres semi-fermés pour les migrants déboutés
Droit d'asile : des députés proposent des centres semi-fermés pour les migrants déboutés
INFO RTL - Les deux députés chargés du rapport sur le droit d'asile proposent de placer les déboutés sous surveillance, afin de préparer leur retour vers leur pays d'origine. Une "ligne rouge" pour les associations.
https://www.rtl.fr/actu/politique/droit-d-asile-des-deputes-proposent-des-centres-semi-fermes-pour-les-migrants-deboutes-7766935874
2013-11-18 07:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/-dg-BV2prAQvc-855Zc-Og/330v220-2/online/image/2013/1118/7766936099_des-immigres-font-la-queue-devant-la-prefecture-de-seine-saint-denis-a-bobigny-en-decembre-2012.jpg