1 min de lecture Info

Affaire de l'amiante : Martine Aubry "bouleversée", la juge Bertella-Geffroy lui répond sur RTL

Marie-Odile Bertella-Geffroy n'a pas tardé à réagir aux propos de Martine Aubry, revenant sur sa mise en examen dans l'affaire de l'amiante. Mardi sur RTL, la maire de Lille semblait se dédouaner en expliquant : "Comment pouvait-on me reprocher une faute qui d’ailleurs n’existe pas ?". La juge d'instruction en charge du dossier contre-attaque : "C'est un piège (...) C'est une ineptie de dire que je n'aurais aucun reproche à lui faire".

Martine Aubry et la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy
Martine Aubry et la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy Crédit : RTL.fr
Micro RTL
La rédaction de RTL et Yaël Goosz

Passe d'armes sur les ondes
Martine Aubry a été mise en examen début novembre dans l'affaire de l'amiante pour homicides et blessures involontaires par la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy, qui s'intéresse notamment à la réponse des pouvoirs publics entre les années 1970 et l'interdiction de l'amiante en 1997. Elle est poursuivie en tant qu'ex-directrice des relations du travail (DRT) du ministère du Travail entre 1984 et 1987. La juge estime qu'elle n'aurait pas pris les mesures qui auraient permis d'éviter les conséquences dramatiques de cette exposition.

"Comment pouvait-on me reprocher une faute qui d'ailleurs n'existe pas, ce que reconnaît le juge, 20 ans avant que la commission européenne n'interdise l'amiante", se défend Mme Aubry au micro de RTL. "Nous sommes nombreux à être mis en examen. J'ai l'impression qu'on utilise un petit peu mon nom", ajoute la maire de Lille.

Bertella-Geffroy : "C'est une ineptie"
Une affirmation qui fait bondir Marie-Odile Bertella-Geffroy, elle aussi sur RTL. "C'est un piège, je ne personnaliserai pas". Pour un juge d'instruction "qui convoque quelqu'un, l'entend pendant des heures, qui peut prendre une décision de témoin assisté ou de mise en examen", entendre une telle chose est "une ineptie".

Marie-Odile Bertella-Geffroy devrait de toute façon quitter ses fonctions de juge d’instruction au pôle de santé publique début mars, "victime" de la règle de mutation décennale pour les magistrats spécialisés. Et donc ne plus être en charge de l'affaire de l'amiante. De manière plus large, elle l'avoue : "Je ne crois plus à une justice indépendante".

Martine Aubry, très discrète ces derniers mois sur la scène politique nationale, affirme dans cet entretien avoir été "bouleversée" par son implication dans ce dossier. "Pendant les deux mois entre la convocation et le moment où j'ai été auditionnée par le juge, j'ai été, autant le dire, bouleversée par cela", déclare l'ancienne première secrétaire du PS. "De manière plus douloureuse, j'ai eu peur que les Français à un moment donné puissent croire que j'avais failli, ce qui n'est pas le cas".

Lire la suite
Info Justice Amiante
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants