2 min de lecture Politique

Dominique de Villepin : "Sarkozy est un des très rares à pouvoir rassembler la droite"

Selon l'ex-Premier ministre, Nicolas Sarkozy est "une des solutions possibles" pour la présidence de l'UMP car il est un "des très rares", avec Alain Juppé, à pouvoir rassembler la droite.

Dominique de Villepin, le 13 septembre 2013 (Archives).
Dominique de Villepin, le 13 septembre 2013 (Archives). Crédit : AFP PHOTO / JOEL SAGET
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Les deux hommes sont souvent présentés comme deux ennemis politiques. Invité des "Questions d'info" LCP-Le Monde-France Info-AFP, Dominique de Villepin a pourtant accordé ce mercredi à son ancien rival le mérite d'être l'un des "très rares" - avec Alain Juppé - à avoir "les capacités de rassembler" la droite.

Pour l'ancien Premier ministre, l'UMP, "comme le Parti socialiste", "est en danger de dépérissement" et Nicolas Sarkozy, pourtant éclaboussé par l'affaire Bygmalion, est "une des solutions possibles" pour prendre les rênes du parti.

"Sarkozy doit s'exprimer"

Selon lui, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy "ont la capacité de s'entendre". "Nicolas Sarkozy est omniprésent dans le jeu politique français comme il est omniprésent dans le jeu politique à droite. Donc il est important qu'il dise ce qu'il souhaite. S'il souhaite être le candidat au sein de l'UMP, ça change manifestement le calendrier politique pour la droite au cours des prochaines années", pense-t-il.

Car, selon lui, le président de l'UMP devrait être le candidat à la présidentielle de 2017 : "le congrès" d'octobre "sera décisif dans le choix du candidat pour la future élection présidentielle".

Oublier les primaires

Il faut, à ses yeux, "une accélération", "un chef à l'UMP". "Ça veut dire que le schéma qui avait été envisagé d'une élection qui aurait été en quelque sorte une procédure banale à l'UMP", avec un président de transition, sans ambition présidentielle, "suivie après des primaires me semble avoir du plomb dans l'aile".

Il faut donc abandonner l'organisation d'une primaire à droite, pourtant inscrite dans les statuts de l'UMP? "Il me semble que le calendrier s'accélère et qu'on ne peut pas se permettre d'avoir des échéances multiples (...). Cette échéance du congrès de l'UMP sera décisive dans le choix du candidat pour la future élection", a-t-il répondu.

Je mesure tous les jours le bonheur de ne pas être dans la politique

Dominique de Villepin, ancien Premier ministre
Partager la citation

Dominique de Villepin, qui a rencontré récemment Nicolas Sarkozy, exhorte l'ancien chef de l'État à "être gaulliste", "au-dessus des partis". "Il ne s'agit pas d'aller un petit coup au centre, un petit coup à droite".

"Marine Le Pen ou la rue..."

À lire aussi
Des "gilets jaunes" à Lyon le 22 juin 2019 Gilets jaunes
Les infos de 6h30 - "Gilets jaunes" : appels à manifester pour l'anniversaire du mouvement

Et lui-même, pourrait-il être tenté de revenir en politique ? "Aujourd'hui, rentrer en politique et faire de la politique, c'est un sacrifice (...). C'est un sacrifice immense, donc je n'en ai aucune envie et je ferai tout pour l'éviter (...). Je mesure tous les jours le bonheur de ne pas être dans la politique", a lâché M. de Villepin, aujourd'hui à la tête d'une société de conseil.

"Nous sommes dans une zone politique dangereuse" et s'il n'y a pas d'initiatives à gauche comme à droite, "toutes les aventures sont possibles" : "Marine Le Pen ou la rue...", redoute le dernier chef du gouvernement de Jacques Chirac (2005-2007).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique Dominique de Villepin Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants