2 min de lecture Benoît Hamon

Domenach : "L'appellation 'Génération.s', ça fait vieux pour un mouvement jeune"

BILLET - L'ancien candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon a posé, ce week-end au Mans, les fondations de son mouvement politique. La dénomination a interpellé le journaliste.

On n'est pas forcément d'accord
Domenach : "L'appellation 'Génération·s', ça fait vieux pour un mouvement jeune"
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : AFP / JEAN-FRANCOIS MONIER
Voir la suite

Ah, le ".s" me pose vraiment question. D'abord je me suis étonné que ce mouvement ne se proclamât point socialiste, ou républicain, ou démocrate ou progressiste. C'est qu'il s'agit de montrer qu'on tourne la page, qu'on est moderne ".s". Mais cela fait vieux pour un mouvement jeune que de s'appeler "Générations". Je suis allé vérifier ça sur Internet. Il en existe à foison, dans toutes la France, des mouvements intitulés "Générations", qui réunissent les anciens pour des parties de pétanques, de lotos et de belotes. Pour des banquets aussi.

Je vous recommande ainsi tout particulièrement le banquet de Noël du Mouvement Générations de Castelnaudary, avec papilles et papys en ébullition grâce au Kir et ses biscuits, suivi d'une salade folle au foie gras, puis d'une marmite de lotte et de gambas, avec ensuite avec un filet de chapon sauce porto blanc et morilles, farandole de fromages et desserts de Noël. Il y a des générations qui savent vivre !

Pas sûr qu'il soit question de celles-là avec Benoît Hamon. Je lui ai quand même demandé hier (dimanche 3 décembre), puisqu'il est venu à RTL, ce qu'il avait derrière la tête en rebaptisant ainsi son mouvement qui, il est vrai, ne pouvait pas porter pire nom que celui qu'il avait choisi précédemment (M1717, Mouvement du 1er juillet 2017).

Je trouve que cette dénomination ne fait pas suffisamment sens

Nicolas Domenach
Partager la citation

Donc c'était un progrès que de choisir au milieu de 14.000 propositions "Génération.s", qui avait pour ambition justement de mélanger plusieurs générations : Génération Mitterrand, Génération Ecologie, Génération citoyenne, Génération féministe et Génération 68, avec le fameux livre de Hervé Hamon et Patrick Rothman (Génération, qui est le roman de ces années de rêve et de poudre).

Enfin pour Benoît Hamon, "Génération.s" c'est positif : ça veut dire générer, engendrer pour les générations futurs. Mais alors comment appeler les membres de "Génération.s" ? Les générateurs ? Les générationistes ? Les générations-chonchons ? En fait, on en restera aux "hamonistes".

En fait, je trouve que cette dénomination ne fait pas suffisamment sens. Mais pour les autres mouvements qui se sont créés récemment, les noms trouvés ne sont pas mieux.

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés