1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. DIAPORAMA - Mézard, Nyssen, Blanquer... Les nouvelles têtes du gouvernement
6 min de lecture

DIAPORAMA - Mézard, Nyssen, Blanquer... Les nouvelles têtes du gouvernement

Si certains nouveaux ministres ont déjà occupé un rôle politique de choix, d'autres, moins connus voire parfois tout à fait inconnus du grand public, font leur entrée dans l'équipe d'Édouard Philippe.

Sylvie Goulard nommée ministre des Armées dans le premier gouvernement Philippe
Sylvie Goulard nommée ministre des Armées dans le premier gouvernement Philippe
Crédit : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Sylvie Goulard nommée ministre des Armées dans le premier gouvernement Philippe
Agnès Buzyn nommée ministre des Solidarités et de la Santé du gouvernement Philippe ce 17 mai 2017
Françoise Nyssen, ministre de la Culture
Muriel Pénicaud, la nouvelle ministre du Travail du premier gouvernement Macron
Jean-Michel Blanquer nommé ministre de l'Éducation nationale
Jacques Mézard, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation du premier gouvernement d'Emmanuel Macron
Marlène Schiappa est secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes
Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées
Mounir Mahjoubi a été nommé secrétaire d'État chargé du Numérique dans le premier gouvernement d'Emmanuel Macron.
Sylvie Goulard nommée ministre des Armées dans le premier gouvernement Philippe Crédits : JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Agnès Buzyn nommée ministre des Solidarités et de la Santé du gouvernement Philippe ce 17 mai 2017 Crédits : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Françoise Nyssen, ministre de la Culture Crédits : JACQUES DEMARTHON / AFP
Muriel Pénicaud, la nouvelle ministre du Travail du premier gouvernement Macron Crédits : ERIC PIERMONT / AFP
Jean-Michel Blanquer nommé ministre de l'Éducation nationale Crédits : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Jacques Mézard, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation du premier gouvernement d'Emmanuel Macron Crédits : WITT/SIPA
Marlène Schiappa est secrétaire d'État en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes Crédits : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées Crédits : Caputre / Clip FNASEPH
Mounir Mahjoubi a été nommé secrétaire d'État chargé du Numérique dans le premier gouvernement d'Emmanuel Macron. Crédits : M.ASTAR/SIPA
1/1
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

Quelques noms ont surpris ou n'ont pas évoqué grand-chose à une partie des Français lors de l'annonce de la composition du nouveau gouvernement, le premier de l'ère Macron à l'Élysée. Sylvie Goulard, Agnès Buzyn, François Nyssen, Muriel Pénicaud, Jean-Michel Blanquer, Jacques Mézard, Frédérique Vidal, Marlène Schiappa, Sophie Cluzel, Mounir Mahjoubi... Au moins dix des vingt-deux nouveaux ministres et secrétaires d'État ne sont pas des figures très connues du grand public.

Certains, issus de la sphère politique ou de la société civile, sont parfois même parfaitement inconnus au niveau national. Ils ont parfois agi dans l'ombre ou occupé des fonctions électives locales. Ils font, ce 17 mai, leur entrée dans l'équipe d'Édouard Philippe voulue par Emmanuel Macron.

Sylvie Goulard, ministre des Armées

Un temps pressentie pour devenir première ministre, Sylvie Goulard a été nommée ministre des Armées. Elle prendra donc la succession de Jean-Yves Le Drian à l'hôtel de Brienne pour diriger les forces militaires françaises. Eurodéputée MoDem réélue au Parlement européen en 2014, cette ancienne de Sciences Po et de l'ENA est un soutien de longue date d'Emmanuel Macron. Europhile convaincue, elle a activement milité pour promouvoir une "Europe de la défense". Après Michèle Alliot-Marie (2002-2007), Syvlie Goulard devient la seconde femme à être nommée à la tête de ce ministère régalien.

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé

La professeur Agnès Buzyn fait partie des membres de la société civile, à laquelle Emmanuel Macron avait promis de laisser une place au sein du gouvernement. Professeure de médecine, spécialiste d'hématologie, d'immunologie des tumeurs et de la transplantation, elle devient ce 17 mai 2017 ministre des Solidarités et de la Santé. Membre du conseil médical et scientifique de l’Agence de la biomédecine, du conseil scientifique de l’Établissement français du sang, présidente du conseil scientifique de la société française de greffe de moelle et de thérapie cellulaire, présidente du conseil d’administration de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, et membre du Comité à l’énergie atomique, Agnès Buzyn peut se targuer d'une certaine expérience dans la gestion d'équipes et l'administration de certaines organisations.

Françoise Nyssen, ministre de la Culture

À écouter aussi

"Françoise Nyssen est l'une des figures majeures de l'édition française", explique le spécialiste littérature de RTL, Bernard Lehut. Codirectrice et présidente du directoire de la maison d'édition arlésienne Actes Sud, tenue d'abord par son père, François Nyssen a érigé Actes Sud au rang de grande maison d'édition : l'entreprise obtient le Goncourt, le Goncourt du premier roman et le Nobel de littérature en 2015. Médaillée de la Légion d'honneur en 2013, la nouvelle ministre de la Culture est une progressiste. "Elle a pris position dans beaucoup de combats, plutôt à gauche", souligne Bernard Lehut. Elle avait appelé à voter en faveur d'Emmanuel Macron lors des élections présidentielles.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail

Comme François Nyssen, Muriel Pénicaud, 62 ans, n'appartient pas à un quelconque parti politique. Elle connaît toutefois très bien le monde du Travail dont elle tiendra le ministère, pour avoir travaillé dans de nombreuses entreprises privées mais aussi publiques comme Danone, Dassault Systèmes, Orange ainsi que par la SNCF. Jusque-là patronne de l'agence publique Business France, chargée de la politique de promotion de la France et des entreprises tricolores auprès des investisseurs étrangers, "elle vante inlassablement les atouts de l'Hexagone à l'étranger depuis presque trois ans", écrivait Le Parisien en mars dernier.

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale

Jean-Michel Blanquer, 52 ans, retrouve le ministère de l'Éducation nationale, où il a déjà occupé le poste de directeur général de l'enseignement scolaire. Celui-ci dispose d'un CV pour le moins fourni. Agrégé de droit public, docteur en droit, maîtrise de philosophie, Science-Po... "Il a eu de très grandes responsabilités au sein de l'éducation nationale", rappelle Alain Duhamel sur l'antenne de RTL. Directeur général du groupe ESSEC, prestigieuse école de commerce, il a publié en 2016 L'Ecole de demain, propositions pour une Education nationale rénovée, un manifeste programmatique dans lequel on retrouve la principale mesure d'Emmanuel Macron en matière d'éducation : réduire le nombre d'enfants par classe.

Jacques Mézard, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation

Jacques Mézard, 69 ans, succède à Stéphane Le Foll au poste de ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation. Sénateur du Cantal depuis 8 ans, il est devenu président du groupe Rassemblement démocratique et social européen au Sénat en 2011. Avocat de profession, il est également conseiller municipal et président de l'agglomération d'Aurillac, il est membre du Parti radical de gauche présidé par Sylvia Pinel. Lors de la campagne présidentielle, il n'avait pas suivi la consigne de son parti de soutenir le vainqueur de la primaire de la gauche, Benoît Hamon, et avait pris position très tôt pour Emmanuel Macron.

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur

Directrice de l'université de Nice-Sophia-Antipolis depuis 5 ans, Frédérique Vidal est, comme la moitié des membres du nouveau gouvernement, issue de la société civile. Expert pour l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Aeres) depuis 2007 et pour l'UE depuis 2010 dans le cadre de l'université euro-méditerranéenne (Emuni), elle est également membre du Conseil d'Administration d'Observatoire Côte d'Azur et membre du conseil d'Administration de l'ENS de Lyon, selon les précisions de LCI. Mariée et mère de deux enfants, elle avait également été faite chevalier de la Légion d'honneur en juillet 2013. 

Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de la parité hommes-femmes

Pas de ministère des Droits des femmes, comme s'y était engagée publiquement Marlène Schiappa pour le compte de Emmanuel Macron lors du Grand débat de la Fondation des Femmes. Si la promesse n'a pas été tenue, cette entrepreneure, féministe, devient la nouvelle responsable des questions d'égalité entre les Françaises et les Français est une habituée de ces thématiques, au Mans comme au sein du mouvement politique "En Marche !", durant la campagne présidentielle. Marlène Schiappa est également la fondatrice et la présidente du "premier réseau de mères actives", intitulé Maman travaille.

Sophie Cluzel, secrétaire d'État chargée des personnes handicapées

Fortement engagée sur la question de la scolarisation des enfants handicapées, Sophie Cluzel devient secrétaire d'État en charge des personnes handicapées. Elle connaît bien ce sujet pour avoir fondé plusieurs associations, dont "Grandir à l'École" qu'elle préside. Âgée de 56 ans et mère de 4 enfants, dont une jeune femme trisomique prénommée Julia, elle est depuis juin 2011 présidente de la Fédération Nationale des Associations au Service des Élèves Présentant une Situation de Handicap (FNASEPH). la nouvelle secrétaire d'État est apparue dans certaines campagnes de communication de son association ou encore lors de certaines émissions de télévision. Sophie Cluzel a également participé à l'élaboration de la loi pour l'égalité des droits et des chances, pour la participation et pour la citoyenneté des personnes handicapées (2005).

Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État au Numérique

Mounir Mahjoubi, 33 ans, est lui aussi issu de la société civile. Il succède à Axelle Lemaire et plus dernièrement à Christophe Sirugue au poste de secrétaire d'État chargé du Numérique. Titulaire d'un CAP Cuisine, d'une maîtrise de droit à la Sorbonne et d'un master de finance à Sciences Po Paris, Mounir Mahjoubi participait en 2006 à la stratégie numérique de la campagne de Ségolène Royal. En 2012, il a fait partie de l'équipe de la communication numérique de François Hollandequi l'avait ensuite nommé à la présidence du Conseil national du numérique. C'est en janvier que Mounir Mahjouni a rejoint Emmanuel Macron et est devenu son conseiller stratégie numérique. Il était en charge du site internet et du compte Twitter d'Emmanuel Macron, et a également eu à lutter contre les cyberattaques qui menaçaient la campagne numérique du candidat.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/