1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Devant la fédération de Paris, Jean-Marie Le Pen fait fi de la dédiabolisation du FN
2 min de lecture

Devant la fédération de Paris, Jean-Marie Le Pen fait fi de la dédiabolisation du FN

REPORTAGE - Invité de marque de la galette des rois de la fédération de Paris du Front national dimanche 25 janvier, Jean-Marie Le Pen a fait usage de son franc-parler habituel.

Jean-Marie Le Pen à Saint-Cloud, le 25 mai 2014 (archives)
Jean-Marie Le Pen à Saint-Cloud, le 25 mai 2014 (archives)
Crédit : FRED DUFOUR / AFP
Devant la fédération de Paris, Jean-Marie Le Pen fait fi de la dédiabolisation du FN
01:20
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Chaque sortie du père donne à voir le chemin qui reste à parcourir sur le chemin de la dédiabolisation amorcée par la fille. Invité de marque de la galette des rois de la fédération de Paris du Front national dimanche 25 janvier, Jean-Marie Le Pen a fait usage de son franc-parler habituel, ne se souciant guère des efforts entrepris par Marine Le Pen pour adoucir l'image du parti.

"Je ne suis pas Charlie, je suis Jean-Marie"

La galette servie, Michel Sardou en boucle dans la sono, le patriarche attend pour manger sa part. Il a des choses à dire. "Je ne suis pas Charlie, je suis Jean-Marie", peut-on l'entendre asséner à une assistance acquise toute entière à sa cause. Pendant plus d'une heure, il tire les leçons du 11 janvier. L'immigration incontrôlée, la France submergée et bientôt islamisée. "Toute communauté qui comporte une aile terroriste finit un jour ou l'autre par lui obéir", assure-t-il, menaçant.

Le péril islamiste et les thèses complotistes...Pour moins que ça, Marine Le Pen a mis à l'écart son conseiller spécial Aymeric Chauprade. Mais s'attaquer au père, c'est plus délicat. "C'est ma patronne, c'est mon chef. J'obéis aux consignes. Moi en tout cas, je n'ai pas changé", jubile-t-il. Mais il concède cependant avoir mis de l'eau dans son vin sur un point : vous ne l'entendrez plus parler des chambres à gaz comme d'un détail de l'histoire. "Je n'ai rien à dire, ça coûte trop cher", ironise-t-il.

Un franc-tireur en campagne

En revanche, hors de question de se laisser insulter par le vice-président du Front, Florian Philippot, pour qui il est devenu inoffensif. "Je m'attache pas à des vétilles. Je remets les pendules à l'heure", précise-t-il, pour le plus grand bonheur de ses fans. "C'est toujours le vieux menhir", s'exclame Roselyne. "Il est capable de faire une France française", abonde Daniel.

À lire aussi

Pour l'heure, le menhir est en mission dans la région PACA. À 86 ans, il vient de se porter candidat aux élections régionales du mois de décembre prochain. En public, Marine Le Pen dit soutenir sa candidature. "Je ne vais pas me faire plus royaliste que le roi", a-t-elle expliqué au micro de RTL ce lundi. Ce qui ne l'empêche pas de rejeter ses "théories conspirationnistes fumeuses", lorsqu'il émet des doutes sur les attentats qui ont provoqué la mort de 17 personnes. Le grand écart permanent. Marine Le Pen n'a pas fini de s'arracher les cheveux.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/