1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Des ambassadeurs taclent Le Pen : "On se passera d'eux", répond Philippot
1 min de lecture

Des ambassadeurs taclent Le Pen : "On se passera d'eux", répond Philippot

L'ambassadeur de France aux États-Unis a rejoint les précédentes déclarations de son homologue basé à Tokyo, affirmant que l'élection de Marine Le Pen serait "une catastrophe".

Florian Philippot, vice-président du Front national
Florian Philippot, vice-président du Front national
Crédit : REVELLI-BEAUMONT/SIPA
Philippot répond aux ambassadeurs qui s'en prennent à Marine Le Pen.
00:55
Benjamin Sportouch & Clémence Bauduin & AFP

À 44 jours du premier tour de la présidentielle, certains ambassadeurs sortent de leur réserve pour dire tout le mal qu'ils pensent d'une éventuelle victoire de Marine Le Pen. L'ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, prédit dans le Washington Post du 9 mars "une catastrophe totale" si la cheffe de file du Front national est élue le 7 mai prochain. Trois jours plus tôt, son homologue à l'ambassade de France au Japon, Thierry Dana, publiait une lettre ouverte à Marine Le Pen dans Le Monde. "Je préférerais renoncer à occuper les fonctions qui me seraient confiées plutôt que de servir la diplomatie du Front national", a-t-il déclaré dans les colonnes du quotidien.

La réponse de Florian Philippot, vice-président du Front national, est on ne peut plus limpide : "On se passera d'eux". "Je dis à ces deux ambassadeurs 'si vous ne vous sentez pas capables de servir dignement l'État et de respecter votre devoir de réserve, si vous ne vous sentez pas capables de respecter le verdict des urnes, sachez que vos états d'âme auront toujours moins de poids que la volonté démocratique des Français", leur répond-il indirectement au micro de RTL, ce vendredi 10 mars.

Le ministère français des Affaires étrangères avait lui aussi réagi à la lettre ouverte de Thierry Dana, jugeant que "ce n'est pas le rôle d'un ambassadeur" de s'exprimer ainsi, tout en reconnaissant que les fonctionnaires bénéficiaient d'un "droit de retrait". Dans un courrier, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault avait quant à lui rappelé les diplomates à leur "devoir de réserve et au principe de neutralité"

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/