1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Déplacement de Macron à Las Vegas : ce que l'on sait sur l'affaire
2 min de lecture

Déplacement de Macron à Las Vegas : ce que l'on sait sur l'affaire

ÉCLAIRAGE - En Janvier 2016, Emmanuel Macron était la star de la "French Tech Night" à Las Vegas, consacrée à l'innovation. Aujourd'hui, l'organisation de cette soirée est soupçonnée de "délit de favoritisme".

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron
Crédit : Thomas Samson / AFP
Océane Blanchard

Le 06 Janvier 2016, le salon de l'innovation à Las Vegas accueillait la délégation française, et notamment le ministre de l'économie de l'époque, Emmanuel Macron. Une agence publique ministérielle, Business France, est chargée de l'organisation de la soirée de promotion du high tech français. Au programme : rencontre avec 500 acteurs de l'innovation, pour une promotion du savoir-faire français, dans un décor luxueux. 
L'organisation de la soirée à Las Vegas avait donc été confiée en novembre 2015 à Business France, dirigé à l'époque par Muriel Pénicaud, actuelle ministre du travail. Face aux courts délais impartis, l'institution publique charge la société Havas d'une large partie de l'organisation. 

Mais elle ne fait pas d'appel d'offres, contrairement aux règles en vigueur pour les marchés publics (selon l’ordonnance n° 2005-649 du 6 juin 2005, à laquelle est soumis Business France en tant qu’établissement public à caractère industriel et commercial), et malgré la facture de 382.000 euros, comme le révèle Libération

Un audit alarmant

La direction de Business France commande suite à cela un audit interne, transmis à ses ministres de tutelle. C’est sur la base de cet audit que le ministère des finances commande en décembre 2016 un rapport de l’Inspection générale des finances (IGF), qui lui a été remis en février 2017. 

Selon Le Canard Enchaîné, le rapport conclut que "la commande de la prestation Havas est susceptible de relever du délit de favoritisme" et évoquent des "dysfonctionnements susceptibles d’engager la responsabilité de leurs auteurs". La facture d'origine d'organisation de la soirée est également passée de 381.759 euros à 290.000 euros, suite à un accord transactionnel entre Business France et Havas, validé par l'Inspection Générale des Finances.  

Muriel Pénicaud au cœur de l'affaire

À lire aussi

Muriel Pénicaud, directrice de Business France au moment, est au cœur de la polémique : elle est, en plus des faits présumés de favoritisme, soupçonnée d'avoir attendu le dernier moment pour demander un audit et prévenir son conseil d'administration. Libération révèle aussi que la synthèse présentée au conseil aurait été tronquée, de façon à gommer certaines irrégularités. 

Après avoir ouvert une enquête préliminaire le 13 Mars, le parquet de Paris a confié l'enquête vendredi 07 Juillet à des juges d'instructions, pour "favoritisme et recel de favoritisme". Si Emmanuel Macron n'est pas cité dans l'enquête, Muriel Pénicaud elle risque une mise en examen, en cas "d'indices graves ou concordants".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/