1 min de lecture Élections départementales

Départementales 2015 : "Vraiment tous vainqueurs ?", interroge Vanessa Schneider

REPLAY / BILLET - La journaliste n'est pas d'accord avec les cris de victoire généralisés lancés dans tous les camps au soir du premier tour du scrutin.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
Départementales 2015 : "Vraiment tous vainqueurs ?", interroge Vanessa Schneider Crédit Image : Cécile de Sèez / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Vanessa Schneider
Vanessa Schneider

"Vous avez, comme moi, entendus les uns et les autres défiler sur les radios et les plateaux de télévision. À les entendre, ils ont tous gagné !", lâche Vanessa Schneider. En premier lieu, Nicolas Sarkozy. C'est incontestable, son parti est arrivé largement en tête au soir du premier tour.

"Quoique...", nuance la journaliste. "Dans son propre camp, il s'en trouve certains, comme Alain Juppé et François Fillon, pour dire que ce n'est pas lui qui a gagné, mais les candidats UMP et UDI", rappelle-t-elle.

Le Front national aussi s'est annoncé vainqueur. "Qu'importe s'il se voyait premier parti de France, et que les électeurs l'ont placé loin derrière la droite républicaine", ses leaders n'ont cessé de répéter lors de la soirée électorale que le FN était en tête.

Les socialistes, dont la défaite était pourtant annoncée, "se sont publiquement félicités d'avoir limité les dégâts. C'est à n'y rien comprendre", poursuit Vanessa Schneider.

Quand c'est la catastrophe, on parle de 'résultats décevants' !

Vanessa Schneider
Partager la citation
À lire aussi
Jacques Bompard, maire extrême-droite de la ville d'Orange (Vaucluse) extrême droite
Orange : deux partis d'extrême droite au second tour

Jeu de rôle, méthode Coué ou manque de lucidité de nos hommes politiques ? "Il y a un peu des trois", répond-elle. Elle note qu'à chaque élection, "que l'on soit de droite ou de gauche, il n'est pas facile de reconnaître sa défaite. Surtout lorsque le processus électoral n'est pas terminé, et qu'un deuxième tour se profile. Pas question de décourager les électeurs de son camp !"

Quand c'est la catastrophe, on parle de "résultats décevants". Mais là, ça veut dire qu'on s'est "vraiment pris une claque", décrypte la journaliste, pour qui les électeurs sont loin d'être dupes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections départementales Polémique Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants