1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Élections départementales 2015 : "Manuel Valls prépare les esprits à l'idée de la défaite", selon Alba Ventura
3 min de lecture

Élections départementales 2015 : "Manuel Valls prépare les esprits à l'idée de la défaite", selon Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - En sonnant le tocsin contre le Front national, Manuel Valls espère provoquer un électrochoc dans son électorat. Honnêtement cela ne sert pas à grand chose, estime la journaliste.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Elodie Grégoire
Départementales 2015 : "Manuel Valls prépare les esprits à l'idée de la défaite", selon Alba Ventura
03:23
Départementales 2015 : "Manuel Valls prépare les esprits à l'idée de la défaite", selon Alba Ventura
03:29
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura

Manuel Valls a fait part, dimanche 8 mars, de son angoisse vis-à-vis du FN. Le Premier ministre dit avoir "peur que le pays se fracasse contre le Front national". Il envisage même une victoire de Marine Le Pen à la présidentielle de 2017. Il y va fort.

Vous savez, Manuel Valls ne fait jamais le voyage pour rien. Lorsqu'il s'agit de parler des quartiers, de la banlieue et de mettre un mot sur la situation, il parle d'"apartheid". Lorsqu'il s'agit d'évoquer le contexte politique, il dramatise au maximum. Il avait déjà dit que le FN était aux portes du pouvoir.
C'est le grand retour de "l'épouvantail". Il faut remettre la "diabolisation" en marche. François Hollande a fait la même chose la semaine dernière devant les lecteurs du Parisien, lorsqu'il a dit vouloir "arracher les électeurs du Front national".

Valls prépare les esprits à l'idée de la défaite

Attention, si Manuel Valls fait cela, c'est parce qu'il est très inquiet. Il ne faut pas en douter. Il a toujours dit que la situation politique était grave et qu'elle le préoccupait. De ce point de vue, il est totalement sincère. C'est d'ailleurs pour cela qu'il est sur tous les fronts, très énergique à lancer chaque semaine une nouvelle proposition : là un "nouvel islam de France", ici un énième plan pauvreté. Le Premier ministre est très actif.

Mais tout cela n'efface pas le douloureux sujet du chômage de masse, et au-delà l'impuissance des politiques. Maintenant, il ne faut pas s'y tromper. On est à deux semaines des élections départementales. Manuel Valls, en fait, prépare les esprits à l'idée de la défaite. Il sait que la raclée va être sanglante. Il espère donc que le message qu'il envoie sera suffisamment alarmiste pour amortir un peu le coup.

À lire aussi

C'est une stratégie d'intimidation. Ce n'est pas seulement pour dissuader les électeurs de voter FN. C'est aussi et surtout pour mobiliser les abstentionnistes de son camp.

Crier au loup, ça ne marche plus

Est-ce que cela peut marcher ? La réponse est "non". Le problème c'est que les électeurs ont l'habitude. On leur fait le coup à chaque fois. À chaque élection, on crie au loup: "Attention le FN est à 15% !", "Attention il est à 20%", et puis il est 25, et puis à 30%... Mais le slogan qui consiste à vouloir "faire barrage au Front national", ça ne sert plus à rien.

C'est comme lorsque Nicolas Sarkozy tente de détourner l'UMPS pour en faire le"FNPS", histoire de convaincre la droite que voter FN au premier tour c'est faire gagner le PS au second. Cela fait belle lurette qu'une partie de l'électorat de droite n'écoute plus ce type de slogan. Sans compter que les deux-tiers des Francais ne comprennent même pas cette expression "FNPS".

Le slogan qui consiste à vouloir 'faire barrage au FN', ça ne sert plus à rien

Alba Ventura

Pardon, mais le résultat de tout cela c'est que :
1/ Marine le Pen n'a plus besoin de faire campagne. Elle est tellement l'obsession de tous qu'elle n'a pas besoin d'en dire davantage.
2/ À défaut d'un véritable programme, notamment économique, Marine le Pen incarne l'anti-système. C'est sans doute ce qui fait qu'un tiers des électeurs la rejoignent. En tout cas, un tiers des électeurs estiment aujourd'hui que le Front national est le seul parti qu'ils n'ont pas essayé.

Le seul intérêt : mobiliser

Quand Manuel Valls dit que Marine Le Pen peut accéder à la présidence de la République en 2017, a-t-il raison ? La vérité c'est que ni lui ni nous ne le savons. On est à deux ans du scrutin. Aujourd'hui arithmétiquement, c'est peu probable que Marine Le Pen gagne au second tour.

Si tous les sondages la placent au second tour, il n'y a eu pour l'instant qu'une seule étude qui donnait Marine Le Pen victorieuse : c'était dans le seul cas où elle se retrouverait face à François Hollande qui, pour le moment, est donné éliminé au premier tour. Pour l'instant, c'est de la pure hypothèse.

Mais Manuel Valls est certain que cela a un intérêt : celui de mobiliser.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/