2 min de lecture Élections départementales

Élections départementales 2015 : "Être conseiller départemental n'est pas une sinécure", dit Bernadette Chirac

TÉMOIGNAGE - Conseillère générale depuis 1979, Bernadette Chirac explique son rôle au sein du département de la Corrèze et adresse un tacle à François Hollande qui a supprimé "son" canton.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
ARCHIVES RTL - "Être conseiller départemental n'est pas une sinécure", dit Bernadette Chirac (16/03/2015) Crédit Image : AFP / PHILIPPE HUGUEN | Crédit Média : Philippe De Maria | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe De Maria et James Abbott

À 81 ans, Bernadette Chirac a jeté l'éponge. Son canton a été supprimé par le président de la République, et elle ne veut plus se présenter en tant que titulaire. Mais elle n'abandonne toutefois pas entièrement la Corrèze, où elle est élue conseillère générale depuis 1979, et se présente en suppléante dans le canton de Brive 2. Elle dévoile ce lundi 16 mars ce que sont les qualités requises pour être un bon conseiller départemental selon elle.

"Il faut beaucoup travailler pour tâcher d'être au niveau de ce qu'on va vous demander, explique Bernadette Chirac. Il faut très bien connaître les responsables de communes, des maires, des conseillers municipaux. Pour pouvoir ainsi débattre des besoins des communes. Ça, ça m'intéressait beaucoup."

C'est une bataille, il faut constamment regarder ce qu'il se passe autour de soi

Bernadette Chirac
Partager la citation

Elle revient sur ses 35 années en tant qu'élue départementale, et se souvient particulièrement d'une victoire politique. "En un an nous avons construit un nouveau centre de secours que j'ai inauguré, se remémore-t-elle. C'était un projet très envié par d'autres communes mais c'est moi qui ai gagné. C'est une bataille, il faut regarder ce qu'il se passe autour de soi sans arrêt, lire les journaux, regarder ce qui sort... Ce n'est pas une sinécure."

Nous ne somme pas d'accord. Il y a ce que je pense, et ce que je garde pour moi par courtoisie

Bernadette Chirac, évoquant François Hollande
Partager la citation

L'ancienne première dame de France n'est pas tendre avec l'ancien président du Conseil général de la Corrèze, François Hollande. "Monsieur Hollande n'a pas souhaité me conserver, estime-t-elle. C'est lui qui a annoncé qu'il découpait le département en je ne sais combien de morceaux. Nous ne sommes pas du tout d'accord. Je n'ai pas creusé le terrain car ça n'en valait pas la peine, je savais qu'il avait déjà pris toutes les décisions. Il y a ce que je pense, et ce que par courtoisie je garde pour moi. Il fait son temps de chef d'État, et après on tournera la page et on passera à un autre chapitre."

À lire aussi
Jacques Bompard, maire extrême-droite de la ville d'Orange (Vaucluse) extrême droite
Orange : deux partis d'extrême droite au second tour

Canton de Brive 2 : Bernadette Chirac est la suppléante de Francis Colasson et Lilith Pittman (UMP). Les autres candidats dans ce canton : Stéphanie Arènes et Antoine d'Aguanno (FN), Bertrand Daviot et Denise Veau-Lachaud (FdG), Adam Ersoy et Marion Leyssenne (PS). 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections départementales Corrèze Bernadette Chirac
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants