2 min de lecture Enrico Letta

Démission des ministres pro-Berlusconi : "Un geste fou et irresponsable", pour Enrico Letta

La démission des ministres de droite de la coalition italienne, inspirée par Silvio Berlusconi est "un geste fou et irresponsable", selon le président du Conseil transalpin Enrico Letta.

Le président du Conseil italien, Enrico Letta, a qualifié la décision politique du Parti de la Liberté d'"irresponsable". Ici, le 18 septembre 2013 à Rome.
Le président du Conseil italien, Enrico Letta, a qualifié la décision politique du Parti de la Liberté d'"irresponsable". Ici, le 18 septembre 2013 à Rome. Crédit : AFP / GABRIEL BOUYS
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Énième crise politique en Italie, où les ministres membres du parti de Silvio Berlusoni ont démissionné ce samedi 28 septembre. Une décision inspirée par leur mentor et qualifiée par le Premier ministre de "geste fou et irresponsable". Obéissant à la consigne du Cavaliere, les cinq ministres du Peuple de la Liberté (PDL, centre-droit) ont fait savoir qu'ils jugeaient "inacceptable" et "irrecevable" "l'ultimatum" du président du Conseil Enrico Letta.

Ce dernier, excédé par la fronde constante des amis du Cavaliere, avait annoncé la veille qu'il demanderait la confiance du parlement, afin de "clarifier" le soutien du centre-droit à son gouvernement. Pour ce démocrate de gauche qui dirige depuis cinq mois une improbable coalition droite-gauche, cette décision politique est entièrement destinée à protéger les intérêts personnels" de Silvio Berlusconi.

Depuis des semaines, les amis de ce dernier font monter la pression afin de tenter d'éviter la destitution, très probable, du Cavaliere de son poste de sénateur, après sa condamnation définitive le 1er août à quatre ans de prison (ramenés à un seul en raison d'une amnistie) pour fraude fiscale.

La hausse de la TVA au centre de la crise politique

C'est dans ce climat délétère que le conseil des ministres avait été convoqué, ce vendredi, pour retarder une augmentation de la TVA italienne prévue au 1er octobre. Mais aucune décision n'a été prise en raison de la tension politique : l'augmentation de l'IVA, de 21% à 22%, sera donc appliquée dès mardi. Cette hausse est redoutée par les milieux économiques car elle risque de peser sur la consommation dans un pays déjà en pleine récession.

À lire aussi
Enrico Letta lors d'une conférence de presse, le 12 février 2014 à Rome Enrico Letta
Le Premier ministre italien Enrico Letta démissionne

Samedi, le Cavaliere a invité les ministres de son parti à "ne pas se rendre complices d'une nouvelle vexation imposée par la gauche aux Italiens". "La décision adoptée hier par le président du Conseil de geler l'action du gouvernement, entraînant de cette façon l'augmentation de l'IVA, est une grave violation du pacte de gouvernement", a argumenté Silvio Berlusconi.

Dans un communiqué de dix lignes cinglant, Enrico Letta a riposté que "les Italiens sauront renvoyer à l'expéditeur un mensonge tellement énorme et une telle tentative de déformer la réalité". "La responsabilité de l'augmentation de l'IVA est au contraire celle de Berlusconi et sa décision de faire se démettre ses parlementaires, un fait sans précédent, qui prive le parlement et la majorité de la certitude nécessaire" pour donner aux mesures force de loi, fustige-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Enrico Letta Italie Italie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants