1 min de lecture Environnement

Démission de Hulot : ministre de l'Écologie, un poste décidément très difficile

Faute d'avancées environnementales suffisantes à ses yeux, Nicolas Hulot a démissionné mardi 28 août. Décidément, les ministres de l'Écologie se suivent et et souvent quittent leur poste.

Virginie Garin C'est notre Planète Virginie Garin
>
Démission de Hulot : ministre de l'Écologie, un poste décidément très difficile Crédit Image : AFP / Archives, François Guillot | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin et Loïc Farge

Si le poste de ministre de l'Écologie est si difficile, c'est parce qu'il dérange beaucoup de monde. C'est un ministère qui veut changer la société et l'économie. Il bouscule des intérêts industriels.

Le tableau de chasse des lobbies est quand même impressionnant. En 2012, Nicole Bricq, ministre de Jean-Marc Ayrault, est débarquée au bout d'un mois seulement car elle voulait empêcher Total et Shell de forer des hydrocarbures en Guyane.

Un an plus tard, Delphine Batho critique le même premier ministre car il veut baisser son budget. Elle doit démissionner et met en cause les lobbies économiques.

À lire aussi
Un jardin ensoleillé (illustration) santé
Michel Cymes revient sur les bienfaits médicaux de la Nature

Nathalie Kosciusko-Morizet a eu chaud en 2008 : elle a dû s'excuser car elle s'opposait aux fabricants d'OGM. Elle avait traité son ministre tutelle Jean-Louis Borloo de "lâche".

On ne peut rien faire, Madame le ministre : c'est le titre d'un livre de Corinne Lepage, qui est restée deux ans en 1995 au ministère. Un livre dans lequel elle dénonce les lobbies relayés par l'administration.

Un ministère indispensable

Déjà il y a quarante ans, Robert Poujade, le premier ministre de l'Environnement français, parlait du "ministère de l'impossible". Il faut une sacré personnalité pour tenir.

Jean-Louis Borloo a résisté deux ans et demi. Avec le Grenelle de l'Environnement, il a fait avancer beaucoup de lois, mais lui-même a vacillé quand il a fallu créer une taxe carbone.

Ségolène Royal avait le caractère pour résister. Elle a dû avaler des couleuvres aussi, comme l'abandon de l'écotaxe.

C'est un ministère difficile. Mais le réchauffement du climat, la pollution de l'air, les cancers liés aux produits chimiques, rappellent chaque jour qu'il est aussi devenu indispensable.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Nicolas Hulot Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794573828
Démission de Hulot : ministre de l'Écologie, un poste décidément très difficile
Démission de Hulot : ministre de l'Écologie, un poste décidément très difficile
Faute d'avancées environnementales suffisantes à ses yeux, Nicolas Hulot a démissionné mardi 28 août. Décidément, les ministres de l'Écologie se suivent et et souvent quittent leur poste.
https://www.rtl.fr/actu/politique/demission-de-hulot-ministre-de-l-ecologie-un-poste-decidement-tres-difficile-7794573828
2018-08-29 06:17:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gU4IN0krqImK2PhzOR_t1A/330v220-2/online/image/2018/0829/7794573850_nicolas-hulot-a-l-assemblee-nationale-le-13-juin-2018.jpg