1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Démission de Hulot : la rumeur Cohn-Bendit est-elle vraiment crédible ?
2 min de lecture

Démission de Hulot : la rumeur Cohn-Bendit est-elle vraiment crédible ?

ÉCLAIRAGE - Daniel Cohn-Bendit, qui a été contacté par le gouvernement pour remplacer Nicolas Hulot, hésite à s'emparer du ministère de la Transition écologique. Entre convictions et libertés, le dilemme semble difficile.

Daniel Cohn-Bendit, lors du festival de Cannes en mai 2018
Daniel Cohn-Bendit, lors du festival de Cannes en mai 2018
Crédit : Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Qui sera le nouveau porte-étendard de l'écologie ? La question se pose depuis la démission surprise de Nicolas Hulot, mardi 28 août. Celui qui avait été nommé ministre d'État après l'élection d'Emmanuel Macron à l'Élysée a pris "la décision la plus difficile de sa vie" en claquant la porte après quinze mois au gouvernement. 

Si Barbara Pompili, François de Rugy, Sébastien Lecornu ont déjà été évoqués pour succéder à Nicolas Hulot, un nouveau nom est venu s'ajouter à la liste vendredi 31 septembre : Daniel Cohn-Bendit. "J’ai été contacté par Christophe Castaner et Benjamin Griveaux. Mais pour l’instant Emmanuel Macron ne m’a rien proposé directement. J’ai cru comprendre qu’il demanderait à me voir dimanche", explique le leader de la révolution de mai 68 dans les colonnes de Ouest-France

Malgré tout, l'ancien leader de mai 68 est encore loin de poser ses cartons à l'Hôtel de Roquelaure. "J'ai dit à Christophe Castaner que je ne croyais pas que c'était une bonne idée. Je ne suis pas du tout fait pour être ministre", déclare-t-il dans le Journal du Dimanche

Sondage
Selon vous, Daniel Cohn-Bendit ferait-il un bon remplaçant à Nicolas Hulot ?*

Un manque de libertés ?

Alors, info ou intox ? Difficile de le dire à l'heure actuelle. Une chose est sûre, malgré des réticences certaines, Daniel Cohn-Bendit n'a pas tourné le dos au gouvernement actuel et son "non" n'est pas encore définitif.

Il pointe essentiellement du doigt un manque de manœuvre qui pourrait le brimer. "Je tiens à ma liberté", lance-t-il dans l'hebdomadaire afin d'expliquer cette distance face à cette proposition. La prochaine réunion prévue avec Emmanuel Macron, ce dimanche 2 août, pourrait rebattre les cartes. "J'attends de voir les leçons qu'il tire de la démission de Nicolas Hulot (...) L'écologie est très minoritaire en France. Ce n'est pas qu'une question de lobbies. Il faut un vrai changement de mentalité", clame-t-il à Ouest-France, précisant malgré tout que le chef de l'État avait "conscience des enjeux". 

Un verdict avant mardi

Les Français seront rapidement fixés sur le nom du prochain ministre de la Transition écologique. À l'issue du Conseil des ministres vendredi 31 août, Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement, a ainsi annoncé que le gouvernement sera "au complet" dès mardi 4 septembre.

Et si le co-fondateur d'Europe Écologie-Les Verts affirme dans Le Parisien avoir "envie de soutenir Macron", pas sûr qu'il soit prêt à mettre de côté sa gouaille légendaire. Et en cas de refus, ce dernier a déjà une idée précise de celui qu'il aimerait voir succéder à Nicolas Hulot : Pascal Canfin, actuel directeur général de WWW France

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.