1 min de lecture Delphine Batho

Delphine Batho limogée : Jean-Marc Ayrault se justifie

"S'agissant du gouvernement de la France, l'acte budgétaire est un acte central", a expliqué Jean-Marc Ayrault, pour justifier sa décision de limoger Delphine Batho, qui avait qualifié de "mauvais" le budget 2014.

Jean-Marc Ayrault à Fort-de-France le 26 juin.
Jean-Marc Ayrault à Fort-de-France le 26 juin. Crédit : JEAN-MICHEL ANDRE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Pourquoi Delphine Batho, ex-ministre de l'Écologie, a-t-elle été limogée ? S'agit-il d'une question de sexe, de personne, de domaine ? Point du tout, pour le premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui a donné ses explications mercredi 3 juillet devant les députés. Il s'agit selon lui d'un "problème politique, de cohérence, un problème de solidarité gouvernementale".

"Un des actes majeurs d'un gouvernement, c'est le budget", a souligné le Premier ministre lors de la séance des questions d'actualité, à l'Assemblée nationale. "Dans un conseil municipal, lorsqu'on participe à la majorité et qu'on ne vote pas le budget, en exerçant des responsabilités d'exécutif, on quitte immédiatement le gouvernement municipal", a-t-il déclaré, en réponse à une question du député UMP Martial Saddier. "S'agissant du gouvernement de la France, l'acte budgétaire est un acte central", a souligné Jean-Marc Ayrault.

"Si une ministre, pour laquelle j'avais tout respect puisque c'est moi-même qui lui avais proposé d'entrer au gouvernement et cette fonction, donc je lui garde toute mon estime, mais si elle dit qu'effectivement le budget préparé avec elle n'est pas un bon budget, qu'elle le dit publiquement, c'est un problème politique, de cohérence, un problème de solidarité gouvernementale", a-t-il fait valoir.

Il a affirmé que "l'environnement n'est pas une variable d'ajustement, elle est au coeur du projet du président de la République".
"Mais il y a une règle que chacun doit comprendre. Dans un gouvernement, il n'y a pas deux politiques. Lors de sa dernière conférence de presse, le président de la République l'a rappelé, il n'y a qu'une ligne au gouvernement", a insisté le Premier ministre. "Dans le gouvernement, dans les discussions entre les ministres et le chef du gouvernement, la parole est totalement libre et elle est nécessaire, le débat est total", a poursuivi Jean-Marc Ayrault. "Mais une fois que la décision est prise, il y a la solidarité gouvernementale."
"La solidarité gouvernementale est la garantie de l'efficacité", a-t-il conclu.

À lire aussi
Delphine Batho à l'Assemblée nationale le 28 mars 2018 écologie
Fichage de Monsanto : "Ce sont des méthodes de barbouze", lance Delphine Batho

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Delphine Batho Jean-Marc Ayrault Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants