1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Jean-Luc Mélenchon accuse Manuel Valls d'avoir copié "les calepins de l'extrême-droite"
1 min de lecture

Jean-Luc Mélenchon accuse Manuel Valls d'avoir copié "les calepins de l'extrême-droite"

LE GRAND JURY - Jean-Luc Mélenchon est satisfait que la révision constitutionnelle, qui contenait le projet de déchéance de nationalité, soit finalement abandonnée.

Jean-Luc Mélenchon, invité du Grand Jury dimanche 3 avril
Jean-Luc Mélenchon, invité du Grand Jury dimanche 3 avril
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / SIPA PRESS
Le Grand Jury du 3 avril 2016 : Jean-Luc Mélenchon
53:58
James Abbott
James Abbott

Jean-Luc Mélenchon a lié la question de la déchéance de la nationalité pour les terroristes avec l'extrême-droite dimanche 3 avril lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Cette mesure était inscrite dans le projet de révision de la Constitution qui a finalement été abandonné mercredi 30 mars par François Hollande. Mais simplement le fait d'ouvrir le débat de la déchéance de nationalité était une erreur selon l'ancien co-président du Parti de gauche, qui estime que ce n'est pas la faute de la droite sénatoriale si la réforme a échoué mais celle de Manuel Valls.

"Il n'avait pas à proposer une mesure qu'il a trouvé dans les calepins de l'extrême droite, attaque-t-il. On ne crée pas une catégorie de suspects. Je remercie le Président d'avoir renoncé à désigner mes petits enfants comme des suspects dans ma patrie. C'était horrible."

Il n'y a qu'un gouvernement d'extrême-droite qui peut prendre une décision pareille

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon estime ainsi que le gouvernement s'est comporté de manière "irresponsable" sur ce sujet. "Aucun gouvernement républicain ne peut prendre une décision pareille. Il n'y a qu'un gouvernement d'extrême-droite qui peut la faire. D'ailleurs cette idée vient de l'extrême-droite", a-t-il lancé avant d'assurer avec véhémence que ceci ne voulait pas dire que le gouvernement actuel était d'extrême droite. 

Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon estime que l'on farcit la "tête des jeunes" avec les questions de terrorisme, sans pour autant accuser le gouvernement de trop en faire sur ce sujet.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/