2 min de lecture Réforme constitutionnelle

Déchéance de nationalité : "Les socialistes qui s'y opposent ne représentent qu'eux-mêmes", dit Yves Thréard

ÉDITO - La déchéance de nationalité, inscrite dans le projet de révision de la Constitution, divise à gauche.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Déchéance de nationalité : "Les socialistes qui s'y opposent ne représentent qu'eux-mêmes", dit Yves Thréard Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Yves Thréard
Yves Thréard

Qui sont les socialistes qui s’opposent à l’inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution ? Vous vous souvenez des frondeurs dont on a bien du mal à retenir les noms. Les mêmes sont de retour, accompagnés des râleurs intermittents que sont Martine Aubry, Jean-Marc Ayrault, Arnaud Montebourg et autres Julien Dray ou Benoît Hamon.

D’un tweet ou d’une brève déclaration dans les médias, ils rappellent régulièrement qu’ils existent, qu’il ne faut pas les oublier, et qu’ils sont contre, forcément contre. Hier contre le pacte de responsabilité, aujourd’hui contre la déchéance de nationalité. Mais que représentent-ils à part eux-mêmes ? Pas grand-chose. Ils sont loin d’être à Hollande ce que Rocard était à Mitterrand : une force alternative à l’intérieur du PS. 

Ils ont été trompés

Leur haine de Manuel Valls les rassemble. Ce premier ministre ambitieux qui incarne tout ce qu’ils détestent : le social-libéralisme. Pour eux, Valls est un traître à la bonne vieille cause socialiste. Ensuite, ce sont les "cocus" du grand discours du Bourget prononcé par François Hollande pendant la campagne présidentielle.

À lire aussi
L'Assemblée nationale, le 13 décembre réforme constitutionnelle
Les actualités de 7h30 - Constitution, retraite... Ces réformes reportées à l'après grand débat

Et c’est vrai qu’ils ont été trompés. Hollande leur avait dit "l’ennemi, c’est la finance". Deux ans après, il pactise avec les patrons dont il allège les charges. Hollande leur avait promis le droit de vote aux étrangers. Trois ans après, il décide la déchéance de nationalité pour les terroristes binationaux nés en France. Le rêve français chanté alors par Hollande n’a pas résisté à la réalité de la fonction présidentielle. 

Hollande doit gêner la droite et se mettre l'opinion de son côté

Hollande peut-il se passer de tous ces déçus de sa politique ? Il n’a pas le choix s’il veut espérer être au second tour en 2017. Pour cela, Hollande doit gêner la droite en reprenant les thèmes de prédilection de la droite.

Pour cela, Hollande doit mettre l’opinion publique de son côté, lui prouver son autorité, son pragmatisme, se poser en père protecteur de la nation. Ainsi, les sondages montrent qu’une écrasante majorité de Français est favorable à la déchéance de nationalité.

Ce que montre ce sujet sensible, c’est précisément le divorce du peuple avec nombre de responsables du PS qui lui font l’effet d’être hors du temps, hors des réalités, hors sol.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Réforme constitutionnelle Parti socialiste Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7781062301
Déchéance de nationalité : "Les socialistes qui s'y opposent ne représentent qu'eux-mêmes", dit Yves Thréard
Déchéance de nationalité : "Les socialistes qui s'y opposent ne représentent qu'eux-mêmes", dit Yves Thréard
ÉDITO - La déchéance de nationalité, inscrite dans le projet de révision de la Constitution, divise à gauche.
https://www.rtl.fr/actu/politique/decheance-de-nationalite-les-socialistes-qui-s-y-opposent-ne-representent-qu-eux-memes-dit-yves-threard-7781062301
2015-12-29 08:57:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/JBrRMA6y0h2shtjm2Pd83w/330v220-2/online/image/2014/1215/7775887358_yves-threard.jpg