2 min de lecture 1er mai

Débordements du 1er mai : Macron pointe du doigt Mélenchon et les insoumis

Depuis l'Australie, le président de la République a estimé sans les nommer que les élus du parti de Jean-Luc Mélenchon avaient leur part de responsabilité en "tenant constamment un discours d'agitation".

Emmanuel Macron, lors de son déplacement en Australie, le 2 mai 2018
Emmanuel Macron, lors de son déplacement en Australie, le 2 mai 2018 Crédit : SAEED KHAN / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Emmanuel Macron n'a pas donné de nom, mais ses propos laissent peu de place au doute. Le président de la République, en visite officielle en Australie, a réagi aux incidents survenus lors du défilé du 1er mai à Paris, affirmant qu'il n'avait "aucune indulgence pour la grande violence ou les tenants du désordre". 

Et pour lui, les responsables de ces débordements sont les "élus qui tiennent constamment un discours d'agitation". "C'est leur faute", a-t-il estimé, visant implicitement Jean-Luc Mélenchon et son parti la France insoumise. "Je pense qu'il y a beaucoup de gens qui veulent rejouer la partie démocratique, ils n'ont jamais accepté la défaite", a-t-il ajouté, faisant référence à l'élection présidentielle de 2017. "Ils aiment la démocratie quand ils gagnent", a ajouté Emmanuel Macron

Et quand les journalistes lui ont demandé de préciser s'il visait les Insoumis, le chef de l'État s'est contenté de répondre : "Ceux qui proposent des manifestations, ou des fêtes". Une réponse à demi-mot, sachant que la prochaine manifestation est prévue samedi prochain à Paris. Intitulée "La fête à Macron", elle a été initié par le député FI François Ruffin ainsi que d'autres anciens participants au mouvement "Nuit debout".

À lire aussi
Alexandre Benalla le 16 juillet 2018 justice
Alexandre Benalla de nouveau mis en examen pour des violences le 1er mai

Emmanuel Macron dénonce "les pyromanes indignés"

"Les dispositions sont prises pour samedi", a annoncé le président de la République, assurant qu'il y "a un droit de manifester" tout en regrettant un "discours de haine qu'on a collectivement accepté". "Mélenchon dit que ce sont des casseurs d'extrême droite : faux. Il ne faut pas travestir la réalité. C'est l'extrême gauche", a affirmé Emmanuel Macron. 

Critiqué par l'opposition, de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen en passant par Laurent Wauquiez, pour son absence de Paris alors que de violents incidents ont émaillé la manifestation parisienne mardi, le Président a dénoncé "les pyromanes indignés". 

Jean-Luc Mélenchon lui répond

Quelques heures plus tard, le chef des Insoumis a réagi à ces accusations via les réseaux sociaux. Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon a jugé "les attaques de Macron (...) indignes et mensongères. Un président ne devrait pas parler comme ça", a-t-il estimé. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
1er mai Emmanuel Macron Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793246723
Débordements du 1er mai : Macron pointe du doigt Mélenchon et les insoumis
Débordements du 1er mai : Macron pointe du doigt Mélenchon et les insoumis
Depuis l'Australie, le président de la République a estimé sans les nommer que les élus du parti de Jean-Luc Mélenchon avaient leur part de responsabilité en "tenant constamment un discours d'agitation".
https://www.rtl.fr/actu/politique/debordements-du-1er-mai-emmanuel-macron-pointe-du-doigt-la-france-insoumise-7793246723
2018-05-03 08:20:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/7pRDjD6Ht3urnEBiWiY4tg/330v220-2/online/image/2018/0502/7793237628_emmanuel-macron-lors-de-son-deplacement-en-australie-le-2-mai-2018.jpg