1 min de lecture Football

Darmanin sur Neymar : "Il vaut mieux qu'il paie ses impôts en France qu'ailleurs"

Le ministre des Comptes publics voit l'arrivée de l'international brésilien au PSG d'un bon œil.

Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale (Illustration).
Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale (Illustration). Crédit : Martin BUREAU / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

L'arrivée de Neymar au PSG fait des heureux... même au sein du gouvernement d'Édouard Philippe. Ce jeudi 3 août, Gérald Darmanin s'est réjoui de la décision de l'attaquant de rejoindre le club parisien. Pourquoi ? Parce qu'il devra payer ses impôts en France. En effet, le ministre des Comptes publics a expliqué, à l'antenne de France inter, que "si effectivement Neymar vient dans un club français, alors effectivement le ministre des Comptes publics se réjouit des impôts qu'il va pouvoir payer en France".

Le ministre fait référence à la somme record de son transfert qui s'élève à 222 millions d'euros et à son salaire, estimé à 30 millions d'euros par an. "Il vaut mieux que ce joueur de football paie ses impôts en France plutôt qu'il ne les paie ailleurs. Quand on est ministre de la République, on a un devoir qui consiste à défendre les intérêts de l'État et les intérêts de l'État, c'est que les gens paient des impôts en France", explique-t-il.
   
Au lendemain de ses adieux à ses équipiers du Barça et après un passage par Porto, le Brésilien pourrait arriver à Paris dans les prochaines heures, selon une source proche du dossier. Si c'est le cas il sera présenté vendredi ou samedi aux médias et aux supporters du PSG. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Football Gérald Darmanin Neymar
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants