2 min de lecture Impôts

CSG : comment l'impôt va être réformé et impacter le pouvoir d'achat

ÉCLAIRAGE - La hausse de la CSG sera lancée dès le 1er janvier mais la baisse des cotisations salariales se fera en deux temps.

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi
>
CSG : comment l'impôt va être réformé et impacter le pouvoir d'achat Crédit Image : JACQUES DEMARTHON / AFP | Durée : | Date : La page de l'émission
Martial You
Martial You et Julien Absalon

7 milliards d'euros de pouvoir d'achat redonnés aux salariés. C'est l'objectif annoncé du gouvernement avec le transfert des cotisations salariales vers la contribution sociale généralisée (CSG). Le ministère des Finances a dévoilé, tard dans la soirée de mardi 22 août, la réforme autour de cet impôt qui finance la protection sociale. "Cette mesure a pour objectif de répartir plus équitablement le financement de la protection sociale, afin d'alléger le poids qui pèse aujourd'hui sur les actifs", assure Bercy, chargé de mettre en oeuvre cette promesse du candidat Macron.

Cette réforme se traduit par une suppression des cotisations salariales "maladie" et "chômage". Elles représentent 3,15% du salaire. Pour financer cet allègement de pression fiscale pour les 21 millions de salariés du secteur privé, le gouvernement opte pour une hausse de la CSG de 1,7 point. Cet impôt, proportionnel et au taux plus faible, n'est pas seulement prélevé sur les salaires mais aussi, entre autres, sur les pensions de retraite, les allocations chômage, les revenus du capital.

En termes de pouvoir d'achat pour un salarié au SMIC à temps plein, la réforme lui permettra, à terme, de gagner 21,66 euros par mois, soit 260 euros par an en plus sur sa fiche de paie. Pour les professions indépendantes ou les fonctionnaires qui paient une CSG sur leurs salaires alors qu'elles n'ont pas de cotisations sociales, une solution sera trouvée dans les prochains mois, assure le gouvernement.

À lire aussi
Une fiche de paye où figure les prélèvements de la CSG. CSG
CSG : montant, date, remboursement... Les retraités remboursés

Une réforme en deux temps

Contrairement à ce qui était attendu, tous ces changements n'entreront pas en vigueur dès le 1er janvier 2018. À cette date, la CSG va augmenter de 1,7 point pour rapporter immédiatement 20 milliards d'euros à l'État. Quant à la baisse des cotisations, elle sera effective en deux temps. La première étape aura lieu dès le début de l'année : elle sera légèrement supérieure à 1,7 point pour que l'effet soit neutre sur le pouvoir d'achat. Quant au reliquat, il interviendra un peu plus tard dans l'année.

Il s'agit d'une technique comptable assez classique : annoncer une mesure et l'étaler dans le temps pour qu'elle soit indolore sur les finances 2018 de l'État. C'est ce qui s'est passé, dernièrement, avec la hausse du point d'indice des fonctionnaires ou même la mise en route du CICE. À Bercy, tout est clairement assumé : c'est le moyen de tenir les engagements d'Emmanuel Macron, tout en essayant de faire baisser le déficit public sous les 3%. Car cette réforme à 7 milliards représente pas moins de 0,3 point du PIB.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Impôts Fiscalité CSG
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789797458
CSG : comment l'impôt va être réformé et impacter le pouvoir d'achat
CSG : comment l'impôt va être réformé et impacter le pouvoir d'achat
ÉCLAIRAGE - La hausse de la CSG sera lancée dès le 1er janvier mais la baisse des cotisations salariales se fera en deux temps.
https://www.rtl.fr/actu/politique/csg-comment-l-impot-va-etre-reforme-et-impacter-le-pouvoir-d-achat-7789797458
2017-08-23 09:21:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/iwtv4WX7D2q6dEQzONcwvg/330v220-2/online/image/2017/0719/7789398827_bruno-le-maire-et-edouard-philippe-discutent-au-senat-le-6-juillet-2017.jpg