1 min de lecture Nicolas Sarkozy

Croissance en Europe : Sarkozy emboîte le pas à Hollande

Plusieurs semaines après son rival socialiste François Hollande, Nicolas Sarkozy s'est lui aussi prononcé dimanche pour une réforme des missions de la Banque centrale européenne (BCE) afin de renforcer son rôle dans le soutien de la croissance insuffisante de la zone euro. Un mois après avoir lancé un ultimatum à ses partenaires européens pour un renforcement du traité de Schengen sur l'immigration, le président candidat a en effet ouvert un nouveau chantier en promettant, s'il est réélu, d'ouvrir le "débat" sur le rôle de la BCE en matière de soutien à l'activité économique. A une semaine pile du premier tour de la présidentielle, l'intiative du président sortant répond au projet de son rival socialiste François Hollande, qui a annoncé depuis des mois son intention de renégocier le traité de discipline budgétaire signé début mars par 25 Etats européens en vue d'y ajouter un volet sur la croissance.

Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy Crédit : AFP / E.Dunand

"Un problème stratégique pour l'Europe"

"Sur le rôle de la Banque centrale dans le soutien à la croissance, nous allons aussi ouvrir le débat et nous allons faire avancer l'Europe", a lancé M. Sarkozy dans un discours prononcé devant plusieurs dizaines de milliers de partisans réunis place de la Concorde à Paris.

 "Je veux poser non seulement le problème des frontières mais aussi celui du rôle de la Banque centrale dans le soutien à la croissance. C'est une question que nous ne pourrons pas éluder. Car si l'Europe ne veut pas perdre pied dans l'économie mondiale, elle doit absolument renouer avec la croissance", a lancé M. Sarkozy.

"Si la Banque centrale ne soutient pas la croissance, nous n'aurons pas assez de croissance", a-t-il insisté, pointant du doigt les "limites des règles fixées (à la BCE) dans le traité de Maastricht".

En vertu de ce texte entré en vigueur en 1993, la BCE a pour principale fonction d'être la gardienne de l'orthodoxie monétaire et budgétaire des pays de la zone euro et d'y surveiller l'inflation. Rien ne la prédispose à agir dans une politique de relance de l'économie de la zone euro.

"C'est un problème majeur pour l'avenir de l'Europe, c'est un problème stratégique pour l'Europe", a souligné Nicolas Sarkozy, "l'Europe doit apurer ses dettes, elle n'a pas le choix, mais entre la déflation et la croissance, elle n'a pas davantage le choix. Si elle choisit la déflation, elle disparaîtra, il faut se souvenir des années 30".

Après avoir raillé Hollande, Sarkozy fait volte-face

Dans une tribune publiée en décembre par le quotidien Le Monde, François Hollande disait vouloir souhaiter "rééquilibrer et compléter le futur traité dans l'esprit de responsabilité, de gouvernance et de croissance". Il s'est également prononcé pour "changer la pratique de l'intervention" de la BCE.
  
La modification du traité de discipline budgétaire prônée par François Hollande a suscité l'hostilité de la chancelière allemande Angela Merkel et les sarcasmes de Nicolas Sarkozy et de la majorité, qui l'ont violemment accusé de remettre en cause la "parole de la France".

Conscient des réticences que pourrait susciter son intention, notamment en Allemagne très attachée à l'indépendance de la BCE, Nicolas Sarkozy a promis dimanche de mettre "la même énergie, la même détermination à faire avancer l'Europe de la croissance, l'Europe qui investit dans son avenir, que celle (qu'il) a mise à combattre la crise financière et à sauver l'euro".
  
A l'appui de son volontarisme, le président candidat a rappelé les avancées obtenues, à la faveur de la crise de la zone euro, sur le "gouvernement économique européen" et, déjà, le rôle de la BCE autorisée à "fournir des liquidités aux banques".

(avec AFP)

2012 et vous OK

Lire la suite
Nicolas Sarkozy François Hollande Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7746739111
Croissance en Europe : Sarkozy emboîte le pas à Hollande
Croissance en Europe : Sarkozy emboîte le pas à Hollande
Plusieurs semaines après son rival socialiste François Hollande, Nicolas Sarkozy s'est lui aussi prononcé dimanche pour une réforme des missions de la Banque centrale européenne (BCE) afin de renforcer son rôle dans le soutien de la croissance insuffisante de la zone euro. Un mois après avoir lancé un ultimatum à ses partenaires européens pour un renforcement du traité de Schengen sur l'immigration, le président candidat a en effet ouvert un nouveau chantier en promettant, s'il est réélu, d'ouvrir le "débat" sur le rôle de la BCE en matière de soutien à l'activité économique. A une semaine pile du premier tour de la présidentielle, l'intiative du président sortant répond au projet de son rival socialiste François Hollande, qui a annoncé depuis des mois son intention de renégocier le traité de discipline budgétaire signé début mars par 25 Etats européens en vue d'y ajouter un volet sur la croissance.
https://www.rtl.fr/actu/politique/croissance-en-europe-sarkozy-emboite-le-pas-a-hollande-7746739111
2012-04-15 17:31:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/dN-iAYlRvbyzYBSrJDs3SA/330v220-2/online/image/2012/0414/7746698549_nicolas-sarkozy-a-recu-a-l-elysee-la-famille-de-florence-cassez-plus-d-une-dizaine-de-fois-depuis-2008.jpg