1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. VIDÉO - Crise en Grèce : "Nous avons tout fait pour garder la Grèce dans la zone euro", estime Valérie Pécresse
1 min de lecture

VIDÉO - Crise en Grèce : "Nous avons tout fait pour garder la Grèce dans la zone euro", estime Valérie Pécresse

INVITÉE RTL - La député des Yvelines a vivement critiqué Alexis Tsipras et son gouvernement considérant que "ce n'est pas aux européens de payer pour les Grecs".

Claire Gaveau
Claire Gaveau

La crise grecque a pris une nouvelle dimension après l'annonce d'Alexis Tsipras d'un référendum. Une annonce considérée comme une "nouvelle fuite en avant" par Valérie Pécresse. "Je ne critique pas le référendum, je critique le gouvernement qui aujourd'hui dit qu'il ne respectera pas ses engagements. Je ne suis pas contre le principe mais celui-ci montrera au peuple grec à quel point Alexis Tsipras les a roulés dans la farine", a notamment déclaré la députée des Yvelines. 

Celle qui était ministre du Budget sous la présidence de Nicolas Sarkozy regrette que le gouvernement grec ne respecte pas ses engagements. "Nous avons tout fait pour garder la Grèce dans la zone euro. On a tout fait y compris vis-à-vis de l'Allemagne qui considérait qu'il fallait l'exclure si elle n'était pas capable de respecter leurs engagements", a-t-elle regretté assurant qu'on "ne pouvait plus céder au chantage". "Ce n'est pas aux Européens de payer pour des grecs qui refuseraient définitivement de tenir leurs engagements", a déclaré celle qui rejette tout chantage de la part de la Grèce.  

Des conséquences pour la France et le reste de l'UE

Et si elle évoque une possible sortie de la zone euro, elle voit cela comme une "très mauvaise solution pour le peuple grec qui ne sera plus en mesure de rembourser la dette". L'Union européenne serait aussi fortement touchée par une sortie de la zone euro, contrairement à ce qu'a prôné l'essayiste Nicolas Bouzou sur RTL. "Elle va impacter l'économie européenne avec une hausse des taux d'intérêt car il y a un risque désormais plus grand", a-t-elle détaillé expliquant que la France allait le payer car "elle a prêté 60 milliards d'euros à la Grèce et car on est les mauvais élèves en matière d'endettement".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/