1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Crise en Grèce : Michel Sapin charge Yanis Varoufakis
2 min de lecture

Crise en Grèce : Michel Sapin charge Yanis Varoufakis

Pour le ministre français des Finances Michel Sapin, son ancien homologue grec Yanis Varoufakis a une part de responsabilité dans les difficultés actuelles de la Grèce.

Le ministre des Finances Michel Sapin le 8 juillet 2015.
Le ministre des Finances Michel Sapin le 8 juillet 2015.
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Rancunier Michel Sapin ? Il semblerait que le ministre des Finances français n'ait pas apprécié l'entretien de son ex-homologue grec Yanis Varoufakis, qui affirmait il y a deux jours que si le Français était le seul de la zone euro à émettre "une tonalité différente de la ligne allemande", il se rangeait finalement toujours du côté allemand. Ce mercredi 15 juillet, Michel Sapin a renvoyé dans les cordes le Grec qui "a de la gueule" mais qui n'est "pas forcément un fin politique" selon lui.

Des propos qui font écho à ceux du Premier ministre grec Alexis Tsipras qui avait présenté mardi son ex-ministre, qui a démissionné faute d'avoir été soutenu lorsqu'il défendait une ligne dure vis-à-vis des créanciers d'Athènes, qui le décrivait mardi comme étant "un excellent économiste, mais pas forcément un bon politique".

Varoufakis responsable de la situation grecque

Le ministre français va lui même un peu plus loin, puisqu'il a estimé sur RMC/BFMTV que ce dernier "est un peu responsable de là où s'est trouvé la Grèce dans les négociations". "Si les négociations s'étaient nouées de manière plus positive, plus confiante dès le mois de mars ou dès le mois d'avril, je pense que ça n'aurait pas été aussi brutal pour la Grèce", a-t-il ajouté.

Les Européens ont réussi lundi à s'entendre pour tenter de renflouer la Grèce et la garder dans l'euro, en imposant des sacrifices énormes à Athènes. Mardi soir, Alexis Tsipras a reconnu avoir signé un texte auquel il ne croit pas forcément, mais "pour éviter un désastre au pays", une sortie de l'euro aux conséquences incalculables.

"Tsipras est un bon politique au bon sens du terme", a estimé Michel Sapin. "Il recherche à un moment donné quand la voie est extrêmement étroite et difficile l'intérêt général de son peuple. Je crois qu'il l'a trouvé en l'occurrence en signant cet accord extrêmement dur, extrêmement difficile, mais qui est l'accord qui lui permet de sauver la Grèce."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/