1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Crèche de Noël : "Une laïcité à double face", analyse Guillaume Roquette
1 min de lecture

Crèche de Noël : "Une laïcité à double face", analyse Guillaume Roquette

BILLET - Le journaliste juge absurde la polémique déclenchée par l'installation d'une grande crèche au siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Une crèche de Noël (illustration)
Une crèche de Noël (illustration)
Crédit : SIPA
Crèche de Noël : "Une laïcité à double face", analyse Guillaume Roquette
02:33
Crèche de Noël : "Une laïcité à double face", analyse Guillaume Roquette
02:35
Guillaume Roquette & Loïc Farge

"On pensait en avoir fini avec les polémiques sur les crèches dans les bâtiments publics depuis la décision du Conseil d’État qui les a autorisées le mois dernier. Eh bien non !", tonne Guillaume Roquette. "Laurent Wauquiez, qui vient d’installer la sienne (au siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes qu'il préside, Ndlr), est menacé par son opposition d’un recours devant la justice administrative. Et cette même justice a interdit une autre crèche il y a quelques jours dans le hall de la mairie FN d’Hénin-Beaumont, alors que d’autres juges ont pris des décisions inverses pour d’autres collectivités", note-t-il.

Pourquoi une telle confusion juridique ? "Parce que le Conseil d’État, avec sa poltronnerie coutumière, a essayé de concilier les contraires, c’est-à-dire la laïcité et les traditions chrétiennes de la France, en inventant une règle totalement baroque", décrypte le journaliste. L'installation de signes religieux dans les lieux publics est très encadrée pour faire respecter la laïcité.

"La laïcité, oui mais laquelle ?", interroge tout à trac Guillaume Roquette. Selon lui, "aujourd'hui on se raccroche désespérément à la laïcité comme dernier rempart contre les signes islamiques ostentatoires, de plus en plus nombreux dans notre espace public".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/