1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Corse : statut de résident, Constitution... Ce qu'il faut retenir du discours de Macron
2 min de lecture

Corse : statut de résident, Constitution... Ce qu'il faut retenir du discours de Macron

Le président de la République a répondu à certaines demandes des élus nationalistes. Il a notamment évoqué le statut de résident et l'inscription de la Corse dans la Constitution.

Le discours d'Emmanuel Macron à Bastia le mercredi 7 février était très attendu
Le discours d'Emmanuel Macron à Bastia le mercredi 7 février était très attendu
Crédit : Ludovic Marin/AFP
Laure-Hélène de Vriendt & AFP

Il a répondu directement à certaines demandes des élus nationalistes. Le discours d'Emmanuel Macron ce mercredi 7 février à Bastia, en clôture d'un déplacement de deux jours sur l'île de beauté, était très attendu. Pendant près d'une heure, il a évoqué certaines revendications des élus et a longuement parlé du lien qui unissait l'île au continent. 

Emmanuel Macron a estimé dans un premier temps que "la mise en oeuvre d'un statut de résident" en Corse n'était "pas la bonne solution" aux problèmes immobiliers sur l'île. "Elle serait contraire à notre Constitution et au droit européen", a déclaré le chef de l'État. Il s'est engagé à "favoriser la construction de logements" et à "simplifier les règles d'urbanisme", face à des "contraintes parfois exorbitantes" liées à la spécificité géographique de l'île. 

Pas de co-officialité de la langue corse

Emmanuel Macron s'est également prononcé contre la co-officialité de la langue corse, déclarant que "dans la République, il y a une langue officielle, le français", même si "le bilinguisme doit être pleinement reconnu". Il a prévenu qu'il n'accepterait "jamais de réserver à celui qui parle corse tel ou tel emploi". 

Répondant à l'une des demandes des élus de l'île, il s'est cependant dit "tout à fait favorable à ce que l'on puisse faire figurer comme compétence" dans une offre d'emploi "le fait de parler la langue corse (...) ce que certains font déjà". La langue française "a été le premier sédiment" de la France. "Il est indispensable que nous gardions ce qui nous a fait", a-t-il conclu  

Reconnaître son identité et l'ancrer dans la République

Emmanuel Macron
À lire aussi

Emmanuel Macron s'est également dit favorable à ce que "la Corse soit mentionnée dans la Constitution", l'une des principales revendications des nationalistes. Ce serait "une manière de reconnaître son identité et de l'ancrer dans la République", a déclaré le président, en appelant les élus insulaires à débattre de ce projet "dans le mois qui vient", avant sa discussion au printemps dans le cadre du projet de révision constitutionnelle. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/