1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Corse : "Il faut faire un vrai pas vers l'autonomie", assure Alain Duhamel
2 min de lecture

Corse : "Il faut faire un vrai pas vers l'autonomie", assure Alain Duhamel

ÉDITO - Alors qu'Emmanuel Macron se rend en Corse ce mardi 6 février, l'éditorialiste se penche sur la question de l'autonomie de l'île et des défis que cela supposerait.

Un drapeau corse (illustration)
Un drapeau corse (illustration)
Crédit : AFP / STEPHAN AGOSTINI
Corse : "Il faut faire un vrai pas vers l'autonomie", assure Alain Duhamel
02:46
L'Edito d'Alain Duhamel du 05 février 2018
02:45
Alain Duhamel

Emmanuel Macron se rendra ce mardi 6 février en Corse pour une durée de 48 heures. Une visite présentée comme particulièrement importante et difficile pour plusieurs raisons. "Ça fait un demi-siècle, depuis 1975, que la question corse se pose et que les réponses sont toutes autant d'échecs, quelque fois même sanglants", assure Alain Duhamel.

Le journaliste politique estime néanmoins que pour une fois, les circonstances sont favorables et qu'il ne faut pas les laisser passer. "Elles sont favorables parce que les indépendantistes ont renoncé à la violence et que c'était évidemment un préalable. On ne peut pas parler sans avoir renoncé à la violence. Ensuite parce qu'ils ont gagné consécutivement trois élections", explique Alain Duhamel. L'éditorialistes précise qu'ils sont donc représentatifs de la population.

"L'indépendance n'est ni souhaitable ni viable"

De son côté, Emmanuel Macron avait dit pendant sa campagne présidentielle qu'il était pour un nouveau pacte girondin. Il a parlé dune République indivisible et plurielle. Une bonne base pour l'éditorialiste Alain Duhamel. La Catalogne montre en prime exactement ce qu'il ne faut pas faire. Plusieurs sujets font débat : la langue, les détenus corses, la spéculation immobilière, la place dans la Constitution...

"Il peut y avoir des avancées à condition qu'on soit pragmatique et pas chimérique ou dogmatique", assure Alain Duhamel. Au sujet de la langue, l'éditorialiste estime que la co-officialité n'est pas envisageable sachant que seulement 10% des corses parlent Corse et que la langue n'a pas été une langue écrite. 

"Il y a une spécificité corse"

À lire aussi

"Tout le monde sait qu'il y a une spécificité corse et que ces problème se posent dans toutes les îles méditerranéennes" explique le journaliste. Face à ce défi, il faut intervenir. "On sait que l'indépendance n'est ni souhaitable ni viable mais que le statut actuel est archaïque donc il faut faire un vrai pas vers l'autonomie", assure Alain Duhamel. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/