2 min de lecture Mgr André Vingt-Trois

Islam en France : "Le nombre de mosquées n’a aucune importance", estime Monseigneur André Vingt-Trois

REPLAY / INVITÉ RTL - L'archevêque de Paris ne voit pas l'émergence de l'islam comme un problème. Il considère qu'il appartient aux catholiques de réassurer leur foi.

micro générique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Mgr André Vingt-Trois, invité du "Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro", le 5 avril 2015 (première partie) Crédit Image : RTL / Frédéric Bukajlo / Abacapress | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Jérôme Chapuis
Jérôme Chapuis et Romain Renner

L'émergence de l'islam en France pose-t-elle problème à l'Église catholique ? Monseigneur André Vingt-Trois ne le croit pas, malgré la hausse des actes islamophobes et les inquiétudes exprimées par une partie des Français. "Que des gens aient peur de voir contester leur vision de la vie, du monde, leurs traditions, je le comprends. Mais la façon de réagir, ce n’est pas d’éliminer les interlocuteurs mais de réassurer nos propres convictions", explique-t-il.

Personne n'interdit de construire des mosquées

Mgr André Vingt-Trois
Partager la citation

L'archevêque de Paris appelle à "laisser prendre à l'islam ses moyens de vivre" et considère que la demande de Dalil Boubakeur de multiplier par deux le nombre de mosquées en France s'appuie sur des chiffres et donc un véritable besoin. "Personne n'interdit de construire des mosquées (...) Si nous sommes capables de réassurer nos convictions, le nombre de mosquées n'a aucune importance".

Ne pas faire d'amalgame entre religion et terrorisme

Certains Français pensent que l'islam va, à terme, devenir la première religion de France. "L'islam prendra la première place si les catholiques ne sont pas capables de vivre leur catholicisme, assure Mgr André Vingt-Trois. On n'est pas devant un marché clos où chacun prend sa part. Si nous perdons des 'parts de marché', c'est que nous ne parvenons pas à convaincre, pas parce que les autres sont meilleurs".

Quand on est face aux actes terroristes, on n’est pas face à des faits commandés par l’islam

Mgr André Vingt-Trois
Partager la citation

Et le religieux de considérer qu'il est du devoir des "professionnels de l'information" de permettre aux Français de ne pas faire l'amalgame entre religion et terrorisme : "C’est à l’information de faire comprendre que quand on est face aux actes terroristes, on n’est pas face à des faits commandés par l’islam". Mgr André Vingt-Trois s'oppose par ailleurs à la volonté de certains responsables politiques, dont Nicolas Sarkozy, d'interdire le voile à l'université. "Je ne vois pas au nom de quoi on interdirait aux gens – sauf intention provocatrice et scandaleuse telle que le niqab - de porter ce qu'ils veulent", assure-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mgr André Vingt-Trois Religions Islam
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants