1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Alexandre Benalla refuse de se rendre devant la commission d’enquête du Sénat
1 min de lecture

Alexandre Benalla refuse de se rendre devant la commission d’enquête du Sénat

L'ex-chargé de mission à l'Élysée avait été convoqué à la Chambre haute du Parlement le 19 septembre pour une audition.

Alexandre Benalla le 16 juillet 2018
Alexandre Benalla le 16 juillet 2018
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Clarisse Martin
Clarisse Martin

Fin de non-recevoir. Après concertation pour savoir si l'audition d'une personne mise en examen devant la commission d'enquête du Sénat était possible, les élus du Palais du Luxembourg avaient décidé de convoquer le proche d'Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, pour une audition prévue le 19 septembre, avait-on appris lundi 10 septembre.

Une convocation à laquelle le principal intéressé refuse fermement de se rendre, a fait savoir son avocat, Me Laurent-Franck Liénard sur LCI, ce mardi 11 septembre, en raison de l'enquête judiciaire qui se déroule en parallèle.

"Il ne veut pas aller devant une commission faire des déclarations qui lui seraient reprochées par les magistrats instructeurs", a fait valoir le pénaliste, expliquant que Benalla "accept(ait) de répondre aux questions de la commission sénatoriale sitôt l'instruction close".

Depuis les révélations du Monde en juillet, identifiant Alexandre Benalla en train de molester un couple place de la Contrescarpe (Ve arrondissement de Paris) en marge des manifestations du 1er mai dernier, ce dernier a été licencié de l'Élysée. Il est mis en examen pour "violences en réunion n'ayant pas entraîné d'incapacité", "immixtion dans l'exercice d'une fonction publique", "port public et sans droit d'insignes réglementés", "recel de détournement d'images issues de la vidéoprotection" et "recel de violation du secret professionnel".

La convocation pas encore adressée ?

Peu après l'annonce du fait qu'Alexandre Benalla n'honorerait pas la convocation devant la commission d'enquête du Sénat, l'un des rapporteurs de ladite commission, Jean-Pierre Sueur (PS), a déclaré à l'AFP que le mis en examen "n'é(tait) pas convoqué jusqu'à présent" par la commission d'enquête sénatoriale, mais devra se présenter "sil est convoqué, ce qui est plus que probable".

À lire aussi

"Le fait d'être mis en examen ne dispense pas de répondre à une convocation", a-t-il ajouté, en réponse à Me Laurent-Franck Liénard, qui a affirmé que son client était convoqué le 19 septembre mais qu'il ne s'y rendrait pas avant la fin de l'instruction judiciaire. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/