3 min de lecture Martine Aubry

Congrès du PS : "Martine Aubry a renoncé à la guerre, pas à la bataille", dit Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - Sur quel pied valse donc la maire de Lille ? Va-t-elle entrer dans la danse et soutenir le texte signé par le Premier ministre ? Pour l'heure, c'est un pas en avant, un pas en arrière.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Congrès du PS : "Martine Aubry a renoncé à la guerre, pas à la bataille", dit Alba Ventura Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura Journaliste RTL

À quoi joue Martine Aubry ? Il y a un an, c'était la chef des "frondeurs". Aujourd'hui, on ne sait même pas si elle va déposer une motion en vue du congrès socialiste. La date limite, c'est samedi 12 avril.

On le sait : c'est une spécialiste du genre Martine Aubry, elle adore faire lanterner. C'est bon pour l'ego d'ailleurs de voir le petit monde politico-médiatique qui cherche chaque jour à sonder votre âme. Cela prouve que vous êtes toujours un peu au centre du jeu.

Mais comme c'est parti, il n'y aura pas de motion "Aubry". Elle a renoncé à la guerre, en fait. Mais elle veut quand même jouer une partie de la bataille du congrès. La preuve : jeudi 9 avril, elle a envoyé encore des mails à Jean-Christophe Cambadélis, le patron du PS. Elle cherche encore à peser.

Surtout, elle cherche à éviter que la majorité au congrès porte la marque "Valls", que la motion majoritaire soit une "motion Valls". Elle veut qu'il y ait aussi du "Aubry" dedans. D'une certaine manière , elle cherche à faire la synthèse.

Aubry cherche encore à peser

À lire aussi
Martine Aubry, la maire (PS) de Lille (Nord). Lille
Municipales 2020 à Lille : Aubry favorite, son rival LR visé par une enquête

Elle a apparemment renoncé à y aller en son propre nom. Il y a quelques mois, ses amis expliquaient qu'elle était sur le chemin du retour, qu'elle allait incarner la gauche. Les sympathisants de gauche la plébiscitaient dans les sondages ; c'est toujours le cas, d'ailleurs.

C'est vrai qu'elle n'avait pas sa langue dans la poche. Elle guerroyait contre la réforme territoriale, contre le travail le dimanche, contre l'encadrement des loyers. Elle lâchait les coups contre François Hollande et Manuel Valls, accusés de précipiter le pays dans la "régression sociale".

Martine Aubry sous ses allures de "mère tape-dur", c'est d'abord une Delors

Alba Ventura
Partager la citation

C'était la catastrophe. Sauf qu'entre temps, les "frondeurs" n'ont pas réussi à se fédérer, à se trouver un chef. Entre- temps, elle a perdu le Nord : son département a basculé lors des dernières élections. Elle a aussi déjà prévu sa succession à la mairie de Lille. Et puis elle n'a pas eu envie, comme le dit un ministre, de "faire don de son corps aux régionales" en Nord-Pas-de-Calais-Picardie en décembre prochain.

Sauf qu'entre-temps, François Hollande a tout fait pour que la mèche se rallume. Il l'a reçue avec Jean-Marc Ayrault à l'Elysée récemment. Et il lui a envoyé des signes, notamment sur l'investissement.

En réalité, le but de Martine Aubry n'est pas de "casser la baraque", mais de tordre le bras au Président et au Premier ministre.

Elle hésite toujours

Elle est à la fois très décidée, voire brutale, et en même temps, avant l'obstacle, elle a toujours tendance à hésiter. Souvenez-vous du congrès de Reims, en 2008. Tout un poème ! Alors qu'elle est dans la course pour prendre la tête du PS, elle annonce à ses amis qu'elle renonce à y aller. C'est le moment de la bataille avec Ségolène Royal. Ses soutiens la poussent. Ce n'est qu'une heure et demi avant la clôture des candidatures que l'un de ses proches ira déposer sa candidature.

Vous savez, Martine Aubry sous ses allures de "mère tape-dur", c'est une Delors. Elle se demande si ça en vaut la peine. Comme elle l'a dit récemment à l'un de ses amis : "J'ai 65 ans. Ce n'est pas maintenant que je vais aller à la présidentielle".

Se battre pour ses idées, oui. Mais pour elle ? On peut dire qu'elle a renoncé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Martine Aubry Manuel Valls Polémique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants