1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Congrès des Républicains : Manuel Valls s'offusque des "insultes" de Nicolas Sarkozy
2 min de lecture

Congrès des Républicains : Manuel Valls s'offusque des "insultes" de Nicolas Sarkozy

Lors du congrès fondateur des Républicains, Nicolas Sarkozy a accusé la gauche de "trahir" la République". Des attaques qui "blessent inutilement le pays" selon Manuel Valls.

Le Premier ministre Manuel Valls, le 28 mai 2015.
Le Premier ministre Manuel Valls, le 28 mai 2015.
Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Lors de son discours de clôture du congrès fondateur des Républicains, le nouveau nom de l'UMP, Nicolas Sarkozy n'a pas été tendre avec la gauche. Le président du parti n'a pas hésité ce samedi 30 mai à accuser la gauche de "caricaturer" la République et non de la défendre, de ne pas la respecter et de la trahir "par le coup de force permanent".

Des propos qui n'ont pas tardé à faire réagir Manuel Valls. Selon le Premier ministre, "ces mots, non seulement visent à blesser les adversaires- ma foi c'est la vie politique - mais ils blessent inutilement le pays", a-t-il déclaré à la presse en marge d'un déplacement à Trente, en Italie. "Le pays a besoin d'un autre débat politique et d'autres formules. Nous l'avons démontré ici avec deux chefs de gouvernement - même génération, qui vont de l'avant et veulent réformer nos pays, qui ont compris que les vieilles recettes politiques ne doivent plus être utilisées", a déclaré le Premier ministre, qui venait de rencontrer le chef du gouvernement italien Matteo Renzi.

Il faut sortir de ce goût de revanche

Manuel Valls

"Nous devons avoir un débat entre républicains, entre républicains de gauche et de droite, entre républicains conservateurs et républicains progressistes, mais il faut sortir de ce goût de revanche, des insultes inutiles qui ne font pas avancer le débat et qui creusent encore un peu plus les différences, alors qu'aujourd'hui au contraire il faut rassembler les Français autour de l'essentiel, redresser notre pays et être fiers de ce que nous sommes capables de faire".

Diviser la République pour s'imposer

Le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis s'est également fendu d'une déclaration à la suite de celles de Nicolas Sarkozy. Jugeant qu'il "divise la République pour mieux s'imposer à son camp", et déplorant que le patron des Républicains "n'a pas changé, sans idée, sans autre projet que lui-même", le patron des socialiste a dénoncé son attitude dans un communiqué.

À lire aussi


"Pour Nicolas Sarkozy, la République sera lui ou elle ne sera pas. Voilà donc la petite République sarkozyste sortant du congrès UMP (...) L'ex-président a fait siffler ses concurrents, insulté le président de la République et attaqué sans relâche la gauche, délaissant - mais est-ce étonnant ? - le Front national".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/