3 min de lecture Les Républicains

Congrès des Républicains : Alain Juppé hué, bain de foule pour Nicolas Sarkozy

Peiné par les huées qui accompagnaient sa montée à la tribune du congrès fondateur des Républicains à Paris ce samedi, l'ancien Premier ministre a assuré que ça ne changeait pas "sa détermination".

Alain Juppé au congrès fondateur des Républicains, le 30 mai 2015 à Paris.
Alain Juppé au congrès fondateur des Républicains, le 30 mai 2015 à Paris. Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
AFP et La rédaction numérique de RTL

L'UMP n'est plus, vive "Les Républicains". Un nouveau nom qui doit accompagner une nouvelle ère du parti présidé par Nicolas Sarkozy, lancée ce samedi 30 mai avec le "congrès fondateur" qui rassemblait plusieurs milliers de personnes à la porte de la Villette à Paris. Même la chancelière allemande Angela Merkel s'est invité brièvement à ce rendez-vous avec dans une vidéo de moins d'une minute dans laquelle elle transmet ses meilleurs vœux au parti"

Arrivée vers 11h, Nicolas Sarkozy s'est offert un petit bain de foule. Après une première entrée dans la salle du Paris Event Center, pas encore complètement remplie, il a dû rebrousser chemin pour ressortir car il ne parvenait pas à progresser. Il a ensuite regagné le parvis extérieur et passé un bon quart d'heure à faire un bain de foule, entouré d'un pack de caméras et et de militants : "Nicolas 2017!", "Hollande démission", selfies, bises et poignées de main.

Nicolas Sarkozy à son arrivée au congrès fondateur des Républicains, le 30 mai 2015 à Porte de la Villette, à Paris.
Nicolas Sarkozy à son arrivée au congrès fondateur des Républicains, le 30 mai 2015 à Porte de la Villette, à Paris. Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Alain Juppé hué

À lire aussi
Nicolas Sarkozy, le 20 mai 2019 Les Républicains
Nicolas Sarkozy : Macron, Fillon, Cécilia... Ce que l'on sait de son livre "Passions"

Un accueil bien moins chaleureux a été réservé à Alain Juppé. L'ancien Premier ministre a été hué copieusement en montant ce samedi à la tribune. "Ça me fait de la peine, mais ça ne change pas ma détermination", ont été les premiers mots du maire de Bordeaux, dont les partisans tentaient de couvrir les sifflets en applaudissant.

Candidat à la primaire de la droite et du centre pour 2017, il a affirmé qu'on ne faisait "rien de bon dans la division", devant des milliers de "Républicains". Le rassemblement "reste plus nécessaire que jamais", a-t-il lancé, avant d'ajouter, "maintenant, allons de l’avant. Le temps n’est pas à la nostalgie". "Je me réjouis de partager avec vous l’enthousiasme d’un nouveau départ : celui des Républicains à qui je souhaite, de tout cœur, bon vent. Notre mouvement peut compter sur mon concours, ma loyauté, mon ardeur. J’ai aimé l’UMP. J’aimerai les Républicains !", a-t-il répété.

Notre mouvement peut compter sur mon concours, ma loyauté, mon ardeur. J’ai aimé l’UMP, j’aimerai les Républicains

Alain Juppé
Partager la citation

Déjà en campagne, il a martelé qu'il faudra être "prêt à agir" en 2017. "On ne remet pas un peuple en mouvement en se contentant de lui annoncer la réforme pour la réforme, ni même en lui promettant 'du sang, de la sueur, et des larmes'. Il faut donner un sens aux réformes, une perspective de réussite et de progrès aux efforts difficiles", a-t-il dit. "Je voudrais proposer aux Français(es) de construire ensemble une Nation performante et heureuse dans son siècle. Pourquoi en appeler au sentiment national ? Parce que dans la définition que je fais mienne, la Nation m’apparaît comme le lien de confiance que nous recherchons ; comme le sentiment qui peut le mieux dissiper nos doutes et nous remettre sur le chemin du vivre-ensemble dont nous sommes en train de nous écarter", a-t-il également affirmé.

La gauche accusée de "trahir" la République

Un discours qui précédait celui du président du parti Nicolas Sarkozy, qui en toute logique clôturait la journée. L'ancien chef d'État n'a pas hésité à accuser la gauche de "caricaturer" la République et non de la défendre, citant "théorie du genre", "nivellement", "égalitarisme", "méfiance pour tous ceux qui entreprennent"...

"Vous ne respectez pas la République, vous la trahissez par le coup de force permanent parce que vous pensez qu'avoir la majorité vous donne tous les droits", a-t-il insisté. "Vous ne protégez pas la République, vous la livrez aux minorités agissantes et aux clientèles électorales successives que vous servez après vous en être servis", a-t-il poursuivi.

La République de la confiance se construit avec la vérité et non avec le mensonge

Nicolas Sarkozy
Partager la citation

Nicolas Sarkozy a attaqué la gauche bille en tête, gauche qui "prétend avoir le monopole des valeurs de la République", qui "met tant d'acharnement à détruire l'école", qui "discrédite la famille" notamment. "Nous n'avons jamais prétendu que d'autres n'étaient pas dignes de se nommer ainsi", a-t-il aussi lancé en référence à la contestation par une partie la gauche de la nouvelle appellation de l'UMP en "Les Républicains", arguant d'une captation d'héritage.

Nicolas Sarkozy a ensuite vanté la République de la "confiance", répétant l'expression à de nombreuses reprises. "La République de la confiance se construit avec la vérité et non avec le mensonge", citant François Hollande. Il s'en est pris ensuite implicitement au Front national : "je déteste les extrêmes parce que je refuse les impasses".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Alain Juppé Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778541273
Congrès des Républicains : Alain Juppé hué, bain de foule pour Nicolas Sarkozy
Congrès des Républicains : Alain Juppé hué, bain de foule pour Nicolas Sarkozy
Peiné par les huées qui accompagnaient sa montée à la tribune du congrès fondateur des Républicains à Paris ce samedi, l'ancien Premier ministre a assuré que ça ne changeait pas "sa détermination".
https://www.rtl.fr/actu/politique/congres-des-republicains-alain-juppe-hue-bain-de-foule-pour-nicolas-sarkozy-7778541273
2015-05-30 16:33:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/N0lLN2p3t8ZuQGDlbcvKKQ/330v220-2/online/image/2015/0530/7778541278_juppe.jpg