3 min de lecture Polémique

Congrès de Versailles : "Le boycott de la France insoumise est cosmétique"

ÉDITO - La France insoumise menace de boycotter le Congrès à Versailles, le 9 juillet. Ils ne faudrait pas qu'ils oublient qu'ils sont députés de la Nation, s'agace la journaliste Alba Ventura.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Congrès de Versailles : "Le boycott de la France insoumise est cosmétique" Crédit Image : AFP / JAVIER SORIANO | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Comme l'an dernier, la France insoumise devrait boycotter le Congrès de Versailles, réuni le 9 juillet prochain. Le parti de Jean-Luc Mélenchon doit prendre sa décision ce mardi 3 juillet. Les Insoumis estiment qu'ils n'ont pas "à servir de pots de fleurs à la communication présidentielle". Ils regrettent de ne pas pouvoir répondre au discours du Président.

Mais la Constitution, ce n'est pas un gadget. C'est ce qui régit les lois de la République. Et cette Constitution, si elle permet au président de la République de s'exprimer devant les parlementaires réunis en Congrès, n'autorise pas les parlementaires à lui répondre, en vertu de la séparation des pouvoirs. Le Président n'est pas responsable devant le Parlement ; il l'est devant les Français.

Alors certains disent que ce décalage, c'est encore l'expression de l'affaiblissement du Parlement. Mais comme le rappelle le constitutionnaliste Didier Mauss, "la perte d'influence du Parlement ne date pas d'hier !".

Cela a commencé avec l'élection du président au suffrage universel en 1965, et ça s'est poursuivi avec le quinquennat et avec la réforme constitutionnelle de 2008 voulue par Nicolas Sarkozy.

Siéger au Parlement, ce n'est pas à la carte

À lire aussi
Sibeth Ndiaye, le 18 mars 2020 coronavirus
Coronavirus : Ndiaye évoque les "enseignants qui ne travaillent pas", puis s'excuse

On peut vouloir tout révolutionner, mais pour ça il faut être élu à la tête de l'État ! À 600.000 voix près, c'est un peu juste ! J'ajouterai que le Président Macron a conçu ce rendez-vous comme un point d'étape annuel (un peu comme le "discours de l'Union" aux États-Unis). Et il compte donner, cette année, les premiers éléments de son plan anti-pauvreté. Cela peut "accessoirement" intéresser les députés Insoumis.  

Je trouve que ce boycott est cosmétique. On peut s'opposer, on peut protester, mais il y a des rituels républicains. Et la réunion du Congrès à Versailles en est un. 

Les Insoumis ne se rendent pas service en désertant le Congrès

Alba Ventura
Partager la citation

D'ailleurs, regardez les communistes : ils n'étaient pas présents l'an dernier. Et bien cette année ils se sont ravisés, ils seront là. Alors ils exprimeront leur mécontentement d'une manière différente : ils ont décidé de se réunir avant le discours d'Emmanuel Macron devant la salle du Serment du jeu de Paume, là où est née la République, pour réclamer une République plus démocratique. Mais ils ne laisseront pas leur bancs vides, cette fois. 

Mais, pardon, mais c'est leur boulot d'être là. Ils sont les représentants du peuple. Siéger au Parlement ce n'est pas à la carte, ils sont payés pour ça. Vous savez, les Insoumis ne se rendent pas service en désertant le Congrès. Parce qu'en faisant cela, ils font la démonstration qu'ils ne servent à rien, qu'ils n'ont pas de pouvoir. On peut être "opposant" sans chercher à toujours vouloir faire un coup.

Ça part dans tous les sens

Jean-Luc Mélenchon est très fort pour faire du bruit, pour s'agiter. Il fait feu de tout bois. Il tend maintenant la main à Benoît Hamon alors qu'ils s'étaient écharpés avant la présidentielle. Il se montre en meeting avec Podemos, comme lundi soir à Madrid, et se fâche avec le Grec Tsipras.

Il se réjouit de la rencontre entre FO et la CGT, alors qu'il y a peu il exprimait sa colère contre ces syndicats qui ne voulaient pas manifester avec lui. Il jubile de voir l'équipe d'Allemagne échouer au Mondial. Il félicite Macron pour son discours sur Simone Veil. Ça part dans tous les sens.

Sans compter que dans son propre camp, il y a des tiraillements sur la composition de la future liste pour les Européennes. Une partie des Insoumis lui reprochant de tirer la couverture à lui et à ses proches.

Que Jean-Luc Mélenchon revendique une posture radicale de gauche, c'est son droit. Mais à force de faire tout et n'importe quoi, il donne l'impression de n'être que dans la théâtralité du pouvoir.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Jean-Luc Mélenchon Parlement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants