2 min de lecture Assemblée nationale

Commission Cahuzac : un député UMP veut auditionner Ayrault

Georges Fenech estime qu'il est "incontournable" d'entendre le Premier ministre pour comprendre pourquoi Jérôme Cahuzac n'a pas été écarté plus tôt du gouvernement.

Jean-Marc Ayrault et Jérôme Cahuzac sur les bancs de l'Assemblée nationale, le 20 février.
Jean-Marc Ayrault et Jérôme Cahuzac sur les bancs de l'Assemblée nationale, le 20 février. Crédit : AFP / JACQUES DEMARTHON
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Au lendemain des auditions de Christiane Taubira, Manuel Valls et Pierre Moscovici, le député UMP Georges Fenech, membre de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac, a jugé mercredi "incontournable" d'auditionner le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, et a souhaité pouvoir réentendre l'ex-ministre délégué au Budget.

"Je juge incontournable d'entendre le Premier ministre", a déclaré l'élu du Rhône dans un entretien publié mercredi par L'Express.fr. Selon lui, le Premier ministre "aurait pu prendre la décision d'écarter plus tôt son ministre, vu les nombreuses informations dont il disposait déjà".

"Une chape de silence"

Le député considère d'autre part par qu'il serait "très utile de réentendre Jérôme Cahuzac lui-même car il était présent lors de la réunion du 16 janvier (à l’Élysée, ndlr), alors qu'il avait assuré le contraire lors de sa première audition". Georges Fenech dit avoir fait une "demande orale" au président UDI de la commission, Charles de Courson, pour ces deux nouvelles auditions. "Je vais le lui redemander plus formellement", précise-t-il.

Interrogé sur les trois auditions de ministres la veille, le député affirme avoir eu la "sensation" qu'une "chape de silence était tombée sur ce gouvernement tétanisé qui n'a pas voulu savoir". "On a cependant obtenu une information essentielle ce mardi : il y a bien eu une réunion le 16 janvier à l'Elysée, à l'issue du Conseil des ministres, entre Pierre Moscovici, Jean-Marc Ayrault, François Hollande et Jérôme Cahuzac lui-même. C'est là que l'on a décidé d'interroger les autorités helvétiques au sujet du compte de l'ex-ministre du Budget", souligne-t-il, qualifiant cette réunion de "sacrée fissure" dans la "muraille de Chine" que l'exécutif dit avoir instauré autour de Jérôme Cahuzac à partir du 10 décembre.

Un manque de réactivité

À lire aussi
Des toilettes publiques (illustration). le journal
Les infos de 7h30 - Publicité : les députés veulent une loi pour "uriner en paix"

Si l'ex-ministre devait être à nouveau entendu, il ne s'agirait "pas de le questionner sur son compte mais bien sur la réunion du 16 janvier, une information qui relève bien de la commission : on parle ici de responsabilité politique, pas de responsabilité pénale", relève encore Georges Fenech.

La conviction du député est qu'il n'y a pas eu "connivence ou tentative d'étouffement" de la part du gouvernement, qui, selon lui, "a simplement manqué de réactivité" et "s'est laissé berner par Jérôme Cahuzac".

Lire la suite
Assemblée nationale Georges Fenech Jean-Marc Ayrault
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants