4 min de lecture Parti socialiste

Comment Martine Aubry sort de son silence

ÉCLAIRAGE - L'ancien patronne de la rue de Solférino multiplie les attaques à l'encontre du gouvernement. François Hollande, Manuel Valls, Thomas Thévenoud... elle formule des pics de plus en plus directs et virulents.

Martine Aubry, maire PS de Lille, s'est exprimée lors des états généraux des socialistes du Nord (archives).
Martine Aubry, maire PS de Lille, s'est exprimée lors des états généraux des socialistes du Nord (archives). Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Martine Aubry hausse le ton et tape du poing sur la table. Restée discrète depuis l'élection de François Hollande au poste de président la République, la maire de Lille souhaite désormais peser sur les orientations économiques et politiques du gouvernement, comme l'expliquent ses proches. 

Depuis cet été, l'ancienne candidate à la primaire socialiste a minutieusement préparé son retour en prenant soin de se détacher de la politique mise en place par l’exécutif de gauche. Dernière sortie en date : un appel à "l'indépendance de chacun" à l'approche du vote de confiance.

Un réveil médiatique avec la réforme territoriale

"Il n'est pas trop tard pour réussir le quinquennat", lâchait Martine Aubry, le 18 juillet dernier. La phrase sonne comme un défi qui vise François Hollande et Manuel Valls. "Si dans tous les domaines, on avait eu une grande vision et une méthode, nous aurions un peu moins de problèmes", déclarait-elle.

À lire aussi
Robert Navarro et son épouse Dominique, le 6 mars 2018 au tribunal de Montpellier. justice
Le sénateur LaREM Robert Navarro définitivement condamné pour abus de confiance

Ces mots interviennent en pleine débâcle après la réforme territoriale. L'ancien première secrétaire du Parti socialiste n'hésite pas à manifester son mécontentement. En se joignant à d'autres élus du Nord, elle milite contre la fusion du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie

"On ne peut pas agir sans discussion et brutalement vouloir fusionner deux régions en grande difficulté", expliquait-elle quelques jours plus tôt. "C'est une aberration économique et sociale que nous condamnons", ajoute-t-elle. "Les conséquences de cette fusion seraient donc extrêmement préoccupantes pour les habitants de nos collectivités compte tenu qu'il s'agit de deux régions parmi les moins riches de la métropole", concluent les signataires.

Une communication à travers ses proches

Martine Aubry ne s'est pas arrêtée là. Selon Le Figaro, François Hollande aurait demandé à sa grande rivale ce qu'elle pensait de la situation du pays, en novembre. La réponse est sans appel : "Le problème c'est toi"

Les déclarations des proches de la ténor du Parti socialiste s'intensifient, au moment de la tenue de l'université d'été du parti, le 29 août dernier. L'ancienne chef du PS en avait profité pour briller par son absence. "Je crois qu'il était plus sage qu'elle prenne cette décision de ne pas venir. Cela ne l'empêchera pas de participer au débat du parti socialiste", note François Lamy, proche de Martine Aubry.

Une prise de position assumée sur la loi Alur

Maintenant que la machine est lancée, Martine Aubry ne laisse plus ses proches parler pour elle et intervient directement sur la scène politique. Elle tape un plus fort en critiquant ouvertement Manuel Valls, lorsque celui-ci a décidé de restreindre la loi Alur sur l'immobilier, en limitant l'encadrement des loyers à la seule ville de Paris

La maire de la troisième ville la plus chère de France saute sur l'occasion et demande que "comme Paris, Lille et d'autres villes volontaires bénéficient de l'encadrement des loyers". Elle prend ainsi Manuel Valls de court en rappelant que cette loi, portée par l'ancienne ministre du logement Cécile Duflot, était l'engagement 22 de François Hollande, à l'époque candidat à la présidentielle.

Dans sa fronde, elle entraîne avec elle Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale qui fait part de son soutien à l'ancienne patronne de la rue de Solférino

Une inflexion dans la politique du gouvernement

Le coup de grâce est apporté ce dimanche 7 septembre. Martine Aubry souhaite infléchir la politique économique du gouvernementInvitée sur Europe 1, elle a expliqué qu'elle allait faire "par écrit" des propositions "dans les semaines qui viennent". Présente à la braderie de Lille, l'ancienne candidate à la primaire socialiste veut "réduire les déficits, sans casser la croissance". 

Elle ajoute aussi : "On n'a pas besoin d'aider les banques, par exemple, qui, elles, ne sont pas dans la concurrence internationale. On n'a pas besoin non plus d'aider les entreprises qui préfèrent verser l'argent que leur a donné l'État pour donner des dividendes plus important, au lieu d'investir dans l'avenir, l'emploi et la formation". 

Des attaques ciblées

À chaque jour, son clash politique. La démission de Thomas Thévénoud, nommé secrétaire d'État au Commerce extérieur fait réagir Martine Aubry. Elle juge "regrettable, impensable, invraisemblable" que le député n'ait pas déclaré ses impôts. Elle explique ne pas croire aux excuses du ministre éphémère et demande désormais sa démission de l'Assemblée nationale

Samedi 13 septembre, Martine Aubry a une nouvelle fois défié l'exécutif. "Je suis pour l'indépendance de chacun, j'ai toujours traité chacun de cette manière", a-t-elle déclaré à son arrivée aux états généraux des socialistes du Nord à Lomme, près de Lille.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parti socialiste Martine Aubry Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7774165609
Comment Martine Aubry sort de son silence
Comment Martine Aubry sort de son silence
ÉCLAIRAGE - L'ancien patronne de la rue de Solférino multiplie les attaques à l'encontre du gouvernement. François Hollande, Manuel Valls, Thomas Thévenoud... elle formule des pics de plus en plus directs et virulents.
https://www.rtl.fr/actu/politique/comment-martine-aubry-sort-de-son-silence-politique-7774165609
2014-09-07 18:39:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/nNJwf6XU2SKKv-4tyZrxOg/330v220-2/online/image/2014/0913/7774283056_000-par7970551.jpg