3 min de lecture Marine Le Pen

Comment le Front national justifie le plagiat de Marine Le Pen

Plusieurs cadres du FN se sont défendus de tout plagiat, évoquant un "clin d’œil" à l'attention des électeurs de droite. La candidate du Front national a en effet prononcé au mot près des passages d'un discours de François Fillon, datant du 15 avril dernier.

>
VIDÉO : Quand Marine Le Pen reprend un discours de François Fillon Crédit Image : AFP / Montage RTLNET | Crédit Média : LCI / Youtube François Fillon / Montage Johanna Guerra RTLNET | Date :
Léa Stassinet
Léa Stassinet
Journaliste

"Si l'on apprend notre langue, quelquefois à grand prix, en Argentine ou en Pologne, s'il existe des listes d'attente pour s'inscrire à l'Alliance française de Shanghai, de Tokyo, de Mexico, ou bien au lycée français de Rabat ou de Rome, si Paris est la première destination touristique mondiale, c'est que la France est autre chose et bien plus qu'une puissance industrielle, agricole ou militaire". Ces mots ont été prononcés par Marine Le Pen pendant son discours du 1er mai, à Villepinte. Mais comme l'a relevé RidiculeTV, un compte Twitter pro-Fillon, le candidat de la droite avait salué lui aussi la vigueur de la langue française, au mot près, lors d'un discours au Puy-en-Velay, le 15 avril dernier.

Et c'est loin d'être le seul passage emprunté par la candidate FN à François Fillon. En tout, elle aurait repris à 4 reprises les mots de l'ancien premier ministre. Marine Le Pen termine même par deux citations, l'une de Georges Clemenceau, l'autre d'André Malraux, exactement comme l'avait fait son ancien adversaire. Si beaucoup ont crié au plagiat, du côté du FN, on refuse ce terme, privilégiant celui de "clin d’œil"

Premier à réagir, le vice-président du Front national Florian Philippot a évoqué un "clin d’œil assumé à un bref passage touchant d'un discours sur la France". Il estime même que l'emprunt de ces quelques mots montre que sa candidate "n'est pas sectaire". Cet élément de langage a également été repris par le directeur de campagne de Marine Le Pen, David Rachline. Il a ainsi expliqué sur le plateau de France 2 ce mardi 2 mai qu'il s'agissait "d'un petit clin d’œil. Parce que dans le discours de François Fillon à l'époque, il y avait un certain nombre d'éléments intéressants et c'est vrai, à l'heure du buzz, on a constaté que ça faisait parler", reconnaît le sénateur-maire de Fréjus qui poursuit : "Ce clin d’œil était apprécié. Il y a une continuité historique, des valeurs communes avec Fillon". Un message qui ressemble très fortement à un appel du pied adressé aux électeurs de François Fillon. 

Ça montre qu'on peut se nourrir des paroles des autres

Nicolas Bay, secrétaire général du FN
Partager la citation

"Un clin d’œil assumé", encore une fois pour Nicolas Bay, secrétaire général du parti qui s'exprimait sur Sud Radio/Public Sénat. Mais ce "petit emprunt" n'est pas du plagiat, explique-t-il, parce que "si on avait voulu cacher, dissimuler, on n'aurait pas repris un discours d'il y a 15 jours, public, en plein pendant la campagne présidentielle", justifie-t-il. Pour lui, le fait que Marine Le Pen reprenne les propos de François Fillon, "ça montre qu'on peut se nourrir des paroles des autres". Enfin, le compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, également vice-président du FN a estimé que sa candidate et François Fillon partageaient "la même vision de la nation. Je pense qu'avec une partie de la droite, on a exactement la même vision de l'identité, et de l'indépendance nationale", a-t-il martelé sur LCI. Et si selon lui François Fillon n'a pas été cité comme auteur, c'est parce qu'il ne l'était pas. 

>
Paul-Marie Coûteaux était derrière le discours de François Fillon, mais aussi derrière celui de Marine Le Pen Crédit Image : RTL | Crédit Média : Benjamin Sportouch | Durée : | Date :
À lire aussi
Marine Le Pen, au siège du RN à Nanterre, le 28 juin 2020. élections municipales
Est-ce vraiment la fin du front républicain, comme l'affirme Marine Le Pen ?

Effectivement, l'homme à l'origine de ces quelques mots s'appelle Paul-Marie Coûteaux. Cet ancien député européen, proche Philippe Séguin, puis de Charles Pasqua, en passant par Philippe de Villiers, Marine Le Pen et plus récemment de François Fillon, qu'il conseillait de manière informelle a expliqué sur Twitter que "ces termes, d'inspiration gaulliste, sont ceux de (son) ouvrage L'Europe vers la Guerre", paru en 1997. Il s'est d'ailleurs félicité, toujours sur le réseau social que ces mots soient repris à la fois par François Fillon et par Marine Le Pen. "Il est prometteur (et significatif) que MLP & FF s'exprimant sur la vocation universelle de la France le fassent dans les mêmes termes", a-t-il ajouté. Selon les informations de RTL, Paul-Marie Coûteaux aurait donc également "fourni des notes" à Marine Le Pen pour son discours de Villepinte même si l'intéressé indique le contraire auprès du JDDassurant ne pas avoir "eu de contacts" avec l'équipe de la candidate frontiste. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Marine Le Pen François Fillon Front national
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants