2 min de lecture Sécurité

Colonisation, mariage gay... Macron s'efforce de déminer les polémiques

En meeting à Toulon, samedi 18 février, l'ancien ministre a dû faire face à la fronde des Pieds-noirs, harkis et anciens combattants.

Vincent Parizot RTL Soir Week-End Vincent Parizot iTunes RSS
>
Colonisation, mariage homosexuel... à Toulon, Macron s'efforce de déminer les polémiques Crédit Image : BORIS HORVAT / AFP | Crédit Média : Michaël Lefebvre | Durée : | Date : La page de l'émission
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et La rédaction de RTL

Malgré ses tentatives pour éteindre la polémique, Emmanuel Macron continue de faire face à la fronde, déclenchée par ses propos sur la colonisation et le mariage gay. C'est aux cris de "Macron trahison" que le candidat à la présidentielle a été accueilli samedi 18 février à Toulon, dans le Var. Massés devant les grilles menant au Zénith Omega, près de 200 Pieds-noirs, harkis et anciens combattants ont une nouvelle fois manifesté leur grogne avant le début du meeting.

Dès le début de son discours, l'ancien ministre de l'Économie est revenu sur cette manifestation, accusant le Front national d'être derrière ce mouvement. Aux portes de cet établissement, "vous avez le FN (...) qui a empêché des centaines d'entre vous de rentrer", a-t-il persiflé devant près de 1.200 personnes, là où les organisateurs en escomptaient 2.000.

Dans une ambiance moins enflammée que d'habitude, l'ex-banquier a conclu son discours par une longue tirade de justification qui lui a valu plusieurs salves d'applaudissements. Paraphrasant le général de Gaulle à Alger en 1958 pour s'adresser aux Pieds-noirs et aux anciens combattants. "Je le dis aujourd'hui, à chacun et chacune dans vos conditions, dans vos histoires, dans vos traumatismes, parce que je veux être président, je vous ai compris et je vous aime", a lancé le tribun, sans pour autant "revenir" sur ses propos, et encore moins "s'excuser".

Passé devant François Fillon dans les sondages, l'ancien ministre s'est aussi efforcé de déminer une autre polémique à propos du mariage gay. Jeudi 16 février, il avait jugé que les opposants au mariage homosexuel avaient été "humiliés" durant le quinquennat, suscitant un tollé à gauche et chez les associations LGBT. Samedi dans L'Obs, il a promis à "la communauté homosexuelle", elle aussi "humiliée", de "toujours trouver en (lui) un défenseur". Il s'était aussi dit favorable dès jeudi soir à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples lesbiens, une mesure honnie par "la Manif pour tous". 

À lire aussi
présidentielle 2017
Juppé sur RTL : "Peut-être n'avais-je pas l'ambition présidentielle chevillée au corps"

Les polémiques chassées, le candidat du mouvement "En Marche!" a ensuite axé son discours sur la sécurité, en affirmant vouloir combattre le terrorisme islamisme, en plaçant l'Europe au cœur de son projet, et en renforçant par exemple la présence de la police aux frontières. Il a annoncé vouloir créer 10.000 postes supplémentaires dans la police et la gendarmerie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité Polémique La République En Marche
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants