3 min de lecture La France insoumise

Code du travail : le rendez-vous entre Mélenchon et Martinez qui sème le doute

ÉCLAIRAGE - Le leader de la France insoumise et le secrétaire générale de la CGT se sont rencontrés avant les manifestations des 12 et 23 septembre contre la loi Travail.

Philippe Martinez et Jean-Luc Mélenchon, le 2 juillet 2015
Philippe Martinez et Jean-Luc Mélenchon, le 2 juillet 2015 Crédit : SEVGI/SIPA
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Emmanuel Macron se réjouissait de voir la tête de la contestation sur la réforme du Code du travail prise par Jean-Luc Mélenchon. Le Canard Enchaîné dévoilait la stratégie du président de la République, estimant que "c'est une chance pour nous que Mélenchon prenne la tête de l'opposition à la réforme du travail. Il se pose en rival des syndicats qui vont se sentir dépossédés".

Le chef de l'État était arrivé à ce constat car deux manifestations sont prévues, les 12 et 23 septembre, contre les ordonnances dévoilées par Muriel Pénicaud et Édouard Philippe. Et déjà un semblant de division avait commencé à pointer entre la CGT, la France insoumise, la CFDT, FO et le Parti socialiste. La CGT sera la première à battre le pavé, mais sans la présence des autres syndicats et du Parti socialiste. Cependant, Benoît Hamon, qui a lancé le Mouvement du 1er juillet, sera présent. Quant à la France insoumise, elle se mobilisera dix jours plus tard. 

Un "geste de rapprochement"

Mais un événement pourrait venir perturber les plans d'Emmanuel Macron. Selon Le Monde, "Jean-Luc Mélenchon et Philippe Martinez opèrent un geste de rapprochement". Les deux hommes se sont rencontrés avant les mobilisations de la mi-septembre. La direction de la France insoumise précise vouloir "lui dire comment on voit les choses, que notre marche n’est pas en contradiction avec la journée syndicale. Les deux initiatives se complètent. On n’a jamais imaginé le 23 comme se substituant à la journée de mobilisation syndicale. D’ailleurs, on sera tous présents le 12 et on appelle à y participer", cite le journal. 

Information confirmée à l'antenne de RTL ce mercredi 6 septembre par Alexis Corbière. Le député de Seine-Saint-Denis a confirmé sa présence. "C'est un honneur pour nous de le recevoir. Il y a eu un échange et lui aussi a demandé ça. Je ne pense pas qu'il (Philippe Martinez, ndlr) soit inquiet sur ce que fait la France insoumise. Cela laisse onze jours entre les deux manifestations. Ne faites pas un thème qui est de mettre les deux en contradiction", a-t-il ajouté.

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon et Éric Dupond-Moretti justice
Mélenchon s'en prend à Dupont-Moretti : "La camomille vous réussit !"

Ce rendez-vous représentait un enjeu de taille. L'objectif est de "retisser les liens entre Jean-Luc Mélenchon et Philippe Martinez dont les relations sont plutôt fraîches depuis quelques mois. 'Ils ne se parlent plus', confirme un haut dirigeant syndical (...) L’annonce de la manifestation du 23, qui peut apparaître comme concurrente de celle du 12 n’a rien arrangé. Le leader de la CGT s’est d’ailleurs clairement démarqué de la 'marche contre le coup d’État social' lors de sa conférence de presse de rentrée. Comme le rappelle Fabrice Angeï, un dirigeant de la CGT, 'on a décidé de longue date une participation à la marche de la paix le 23 septembre'. 'Après le 12, il y aura une nouvelle date dans la semaine qui suit, voire une poursuite de la grève le 13 dans les secteurs les plus mobilisés', ajoute-t-il", indique Le Monde.

Indépendance de la CGT et de la France insoumise

Joint par RTL.fr, Éric Coquerel a détaillé le contenu de cette réunion. "On a beaucoup parlé du contenu de la loi Travail. Nous avons un positionnement similaire. D'ailleurs, Philippe Martinez nous a apporté un éclairage sur le contournement du fait syndical et sur des éléments de la loi qui ont été ajoutés après les débats à l'Assemblée". Le député de la France insoumise a précisé qu'il n'y avait "pas de concurrence entre la manifestation du 12 et celle du 23. Et pour reprendre les propos du secrétaire général de la CGT, il y a une convergence des opinions". 

La France insoumise réitère son appel à soutenir la manifestation du 12 septembre. "Chacun s'oppose à sa façon. Il est important de préciser que la CGT n'a jamais soutenu de manifestations politiques. Notre manifestation ne porte pas que sur la loi Travail, mais aussi sur la baisse des APL et le coup d'État social", a-t-il ajouté. 

Philippe Martinez indique de son côté tenir "à l'indépendance de la CGT" et a rappelé qu'il ne serait pas présent à la manifestation du 23 septembre. "La CGT a besoin d'être indépendante, ça nous a été réexpliqué (...) nous, c'est la même chose (...) ça créerait de la division dans nos rang. Notre marche du 23, bien sûr qu'on en a pris l'initiative, c'est normal qu'on le fasse, si nous ne le faisons pas, qui va le faire ? Qui marche en tête de cette famille ? C'est nous, c'est comme ça", a conclu Jean-Luc Mélenchon.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La France insoumise Code du travail Jean-Luc Mélenchon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789988065
Code du travail : le rendez-vous entre Mélenchon et Martinez qui sème le doute
Code du travail : le rendez-vous entre Mélenchon et Martinez qui sème le doute
ÉCLAIRAGE - Le leader de la France insoumise et le secrétaire générale de la CGT se sont rencontrés avant les manifestations des 12 et 23 septembre contre la loi Travail.
https://www.rtl.fr/actu/politique/code-du-travail-le-rendez-vous-entre-melenchon-et-martinez-qui-seme-le-doute-7789988065
2017-09-06 17:17:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mIuteCjIMX0tTszHD8cONQ/330v220-2/online/image/2017/0906/7789989583_philippe-martinez-et-jean-luc-melenchon-le-2-juillet-2015.jpg