3 min de lecture La France insoumise

Code du travail et organisation... Ce qui attend La France insoumise à la rentrée

ÉCLAIRAGE - Le mouvement lancé par Jean-Luc Mélenchon a fait son entrée à l'Assemblée nationale lors des dernières élections législatives.

Jean-Luc Mélenchon, lors d'un rassemblement contre la réforme du Code du travail, le 12 juillet 2017
Jean-Luc Mélenchon, lors d'un rassemblement contre la réforme du Code du travail, le 12 juillet 2017 Crédit : bertrand GUAY / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

D'une base militante pour la campagne électorale à parti d'opposition, la France insoumise s'est transformée depuis sa création en 2016. Ainsi, ce sont 17 députés qui ont fait leur entrée à l'Assemblée, avec à la tête de ce groupe Jean-Luc Mélenchon. L'ancien candidat à l'élection présidentielle s'est d'ailleurs dit "satisfait" du travail accompli par la France insoumise.

"Nous avons fait la démonstration que nous étions un groupe et non pas une simple addition de personnes, donc globalement nous tirons un bilan satisfait (...) Cette session extraordinaire, qui était destinée à affirmer l'autorité et le brio de la nouvelle équipe et mettre dans la devanture la déconfiture de toute opposition, s'est transformée en déconfiture et enlisement du cortège présidentiel, et a montré notre émergence sur cette scène", a expliqué le leader de la France insoumise lors d'une conférence de presse le 3 août dernier.

Trois jours plus tard, ceux qui s'appellent les Insoumis ont pris la route, au volant de caravanes pour rencontrer les Français et surtout les mobiliser pour la rentrée contre la réforme du Code du travail engagée par le gouvernement d'Édouard Philippe. 32 villes sont au programme.

À lire aussi
Manon Aubry invitée de RTL La France insoumise
Le RN a "la tête basse et les mains pleines de l'argent de la corruption", dit Aubry

Une insistance locale

L'été est aussi l'occasion pour la France insoumise de revoir son mode de fonctionnement et ses sujets de bataille. Le Monde a rencontré Valentin, un militant de 24 ans qui estime qu'il y a "des demandes de structuration pour fonctionner plus efficacement. Et notamment sur la légitimité à pouvoir parler au nom de la France insoumise au niveau local". Justement, les militants débattent de l'avenir du mouvement au sein des réunions organisées entre groupes d'appui d'un même département. 

"Certains veulent simplement créer une organisation de jeunesse et des collectifs de liaison entre groupes. D'autres se montrent plus ambitieux en proposant de désigner des référents locaux par tirage au sort, ou de mettre en place une constituante et un système de révocabilité", explique le journal. De son côté, Jean-Luc Mélenchon expliquait dans une note datant du 28 mai dernier, qu'un processus de "démocratie interne" serait mis en place afin d'éviter tout "sujet de conflictualité internet". 

"Il n'y a donc pas de 'majorité', de 'minorité', pas de plates-formes concurrentes, pas d'orientation générale opposée aux autres. Autrement dit : le mouvement se soucie d'abord d'être inclusif et collectif davantage que formellement 'démocratique', sachant quelles violences et dérives conduisent les soi-disant pratiques 'démocratiques' organisées par les règlements intérieurs des partis traditionnels. Le mouvement n'a qu'une référence idéologique commune à tous ses membres : le programme", détaille le chef du groupe parlementaire, comme le rapporte Le Monde.

Un travail de pédagogie assidu

L'instant de vérité arrivera au mois d'octobre, période à laquelle le député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône dévoilera la nouvelle organisation de la France insoumise. À lui donc et à son équipe de définir la ligne générale à adopter et ensuite aux groupes locaux de les appliquer et de "quadriller le territoire". Selon Manon, militante interviewée par Le Monde, "il faut sortir de la vision électoraliste en faisant du soutien scolaire et en aidant les gens à déterminer s'ils ont droit à des prestations sociales. Au final, former une contre-société, une contre-culture et un contre-média". 

D'ici là, le combat des Insoumis se focalise sur la réforme du Code du travail. "Le mouvement, qui prendra part aux cortèges syndicaux, organisera aussi des rassemblements pour détailler le contenu des textes afin de faire monter l’opposition. 'Pour justifier le principe de représentation, nous avons intérêt à ce que ces explications soient les plus régulières possible', confiait en juillet Charlotte Girard, co-coordinatrice du programme. Pour se faire entendre, les 17 députés devront maintenir un front uni alors que des divergences idéologiques existent au sein du groupe, notamment sur l’universalisme républicain et la laïcité", conclut La Croix

De son côté, Libération prévient : "Jean-Luc Mélenchon le sait, l’été n’est pas propice à la lutte sociale, surtout après une année électorale qui a été éprouvante pour tout le monde. Mais selon lui, cette période 'doit demeurer un temps de mobilisation concret'. Du coup, il sème les graines de la révolte, en espérant que ça prenne en septembre".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La France insoumise Assemblée nationale Code du travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789667439
Code du travail et organisation... Ce qui attend La France insoumise à la rentrée
Code du travail et organisation... Ce qui attend La France insoumise à la rentrée
ÉCLAIRAGE - Le mouvement lancé par Jean-Luc Mélenchon a fait son entrée à l'Assemblée nationale lors des dernières élections législatives.
https://www.rtl.fr/actu/politique/code-du-travail-et-organisation-ce-qui-attend-la-france-insoumise-a-la-rentree-7789667439
2017-08-11 07:05:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/UYuwdj7OngGTImRv8tH6-w/330v220-2/online/image/2017/0810/7789681182_jean-luc-melenchon-lors-d-un-rassemblement-contre-la-reforme-du-code-du-travail-le-12-juillet-2017.jpg