1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Climat : "Il n'y a pas de plan B, parce qu'il n'y a pas de planète B", assure Laurent Fabius
1 min de lecture

Climat : "Il n'y a pas de plan B, parce qu'il n'y a pas de planète B", assure Laurent Fabius

INVITÉ RTL - Le ministre des Affaires étrangères encourage le basculement de la France vers une croissance verte. "La planète va devenir invivable", si rien ne change, assure-t-il.

Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, le 14 avril 2014.
Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, le 14 avril 2014.
Crédit : AFP PHOTO / GEORGES GOBET
Laurent Fabius : "Il n'y a pas de plan B, parce qu'il n'y a pas de planète B"
07:16
Marie-Pierre Haddad

L'heure de vérité est arrivée à Lima au Pérou. Depuis dix jours, les pays sont en pleine négociation en vue d'un accord multilatéral permettant d'éviter un emballement de la hausse de la température de la planète. La 20e conférence de l'ONU sur le climat, organisée cette année dans la capitale péruvienne, est présentée comme une étape clé pour aboutir dans un an à Paris à un pacte engageant l'ensemble des pays, une première en matière de climat.

Plus de 10 milliards d'euros

"Avant avril, chaque pays doit avoir déposé ses engagements sur le climat. La conférence suivante qui aura lieu à Paris doit décider de ce qu'on fait en 2020", explique Laurent Fabius. Afin d'atteindre les objectifs, un fond vert a été mis en place. "On a dépassé les 10 milliards de dollars. Nous sommes dans nos objectifs. La transition est indispensable. Si les choses continuent comme aujourd'hui, la planète va devenir invivable. Il y a des phénomènes météorologiques beaucoup plus forts qu'avant", déplore le ministre des Affaires étrangères.

La croissance verte va créer des emplois

Laurent Fabius, ministre des Affaire étrangères

La situation est urgente pour Laurent Fabius qui estime qu'il "n'y a pas de plan B possible parce qu'il n'y a pas de planète B. Il faut faire un effort tous ensemble. La croissance verte va se développer et des emplois vont être crées. Il faut évoluer et changer". Les mots d'ordre du ministre des Affaires étrangères est "urgence, espoir, action".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/