1 min de lecture Clément Méric

Clément Méric : Marine Le Pen qualifie l'Action antifasciste de "groupe ultraviolent"

Marine Le Pen a demandé la dissolution des groupes d’extrême-droite et d’extrême-gauche qui appellent à la violence et qualifié d’ultra violent le groupe d’extrême-gauche l’Action antifasciste.

Marine Le Pen, présidente du Front national
Marine Le Pen, présidente du Front national Crédit : AFP / Archives, Denis Charlet
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

La présidente du FN Marine Le Pen a affirmé ce lundi 10 juin qu'elle n'avait pas "à regretter" ou "à approuver" la dissolution annoncée des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR) et a pointé du doigt l'Action antifasciste Paris-Banlieue (AAPB) dont faisait partie Clément Méric, "un groupe ultra violent" selon elle.

Évoquant la dissolution des JNR,  le service d'ordre de Troisième voie, la député européenne a affirmé qu’elle n’avait “ni à la regretter ni à l'approuver” ajoutant qu’il existe une loi en la matière et que “le ministère de l'Intérieur a bien vérifié que (...) les conditions pour cette dissolution étaient remplies". Elle a également appelé à la dissolution des groupes "d'extrême droite" ou "d'extrême gauche" qui "appellent à la violence".

Pour Marine Le Pen, Clément Méric faisait partie d'un groupe ultra violent

"Là où je suis un peu étonnée, c'est que le groupe auquel appartenait le jeune Méric, qui était probablement trop jeune pour s'en apercevoir, était un groupe ultra violent. C'est un groupe qui fait appel systématiquement à la violence", a affirmé Marine le Pen sur I-Télé.

Sur le plateau d'I-Télé, Marine Le Pen a montré un dessin, posté sur la page Facebook de l'AAPB, où elle apparaît frappée d'un coup de poing, le visage en sang, un oeil sortant de son orbite.

À lire aussi
Esteban Morillo et Samuel Dufour, les deux principaux accusés du procès de la mort de Clément Méric procès
Procès Clément Méric : des peines de 7 et 11 ans prononcées contre les skinheads

Clément Méric, étudiant à Sciences Po âgé de 18 ans, membre du groupe Action antifasciste Paris Banlieue, est mort jeudi 6 juin au lendemain d'une rixe violente avec des skinheads d'extrême droite. Cinq suspects ont été mis en examen, tous sympathisants du mouvement d'extrême droite Troisième voie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Clément Méric Marine Le Pen Faits divers
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants