1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Castaner savait que Ferrand "ne serait ministre que quelques semaines"
1 min de lecture

Castaner savait que Ferrand "ne serait ministre que quelques semaines"

GRAND JURY - Le porte-parole du gouvernement a confié que l'ex-ministre de la Cohésion territoriale briguait le perchoir avant d'être contrarié par les affaires.

Christophe Castaner sur le plateau du "Grand Jury" dimanche 25 juin 2017
Christophe Castaner sur le plateau du "Grand Jury" dimanche 25 juin 2017
Crédit : RTL / Jérôme Dominé / SIPA PRESS
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang

La présidence du groupe parlementaire de La République En Marche à l'Assemblée nationale est-elle une bouée de sauvetage pour un ministre mis en cause dans une affaire. "Nous savions qu’il allait être ministre pour quelques semaines parce qu’il envisageait d’aller au perchoir de l’Assemblée nationale", a assure Christophe Castaner lors de son passage au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

Remis en question par une partie de l'opinion depuis les révélations du Canard enchainé, ce fidèle d'Emmanuel Macron a été élu - sans candidat face à lui - à la tête des députés de La République Marche. L'ex-ministre de la Cohésion des territoires, mis en cause dans une affaire immobilière, a quitté le gouvernement sur demande du président de la République pour briguer ce poste stratégique de pilotage d'un groupe de 308 députés REM.

Il fait partie de l’ADN même du mouvement La République En Marche

Christophe Castaner

Mais selon Christophe Castaner, le départ du gouvernement de Richard Ferrand était donc acté de longues dates. Sa candidature à la tête du groupe parlementaire de la République en marche se serait donc naturellement imposée. "Richard Ferrand n’était pas le candidat officiel de qui que ce soit pour le groupe La République en Marche", assure le porte-parole du gouvernement, "il fait partie de l’ADN même du mouvement La République En Marche qui a contribué à les [les députés REM] faire élire".

L'ancien ministre de la Cohésion territoriale aurait donc au "la décision courageuse" de quitter le gouvernement "pour animer ce groupe extrêmement large avec des gens qui n’ont pas de culture commune". Le secrétaire d'État des relations avec le Parlement n'a pas expliqué pourquoi le député du Finistère avait renoncé à la présidence de l'Assemblée, qui devrait vraisemblablement échoir à un membre de REM.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/