2 min de lecture Christian Jacob

Christian Jacob à François Hollande : "Rien ne semble justifier" une révision de la Constitution

REPLAY - L'unité nationale n'aura pas duré après le discours du président François Hollande à Versailles. En effet, Christian Jacob pense qu'une révision de la Constitution n'est pas justifiée.

Édition spéciale - Attentats à Paris La rédaction de RTL
>
Christian Jacob à Hollande: "Rien ne semble justifier" une révision de la Constitution Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Édouard Nguyen et Olivier Bost

Christian Jacob, le chef de file des députés Les Républicains (LR), a répondu lundi 16 novembre à François Hollande que "rien à ce stade ne semble justifier" une révision de la Constitution, après les attentats de Paris. "Notre Constitution offre tous les outils juridiques pour faire face", a-t-il déclaré, depuis la tribune du Congrès à Versailles, après le discours du  chef de l'Etat, où ce dernier avait souhaité "faire évoluer (la) Constitution pour permettre aux pouvoirs publics d'agir, conformément à l'Etat de droit, contre le terrorisme de guerre". 

Interrogés à l'issue du discours de François Hollande au Congrès, d'autres députés LR n'ont pas critiqué directement ce changement constitutionnel. Ainsi Laurent Wauquiez a estimé que "ce dont on a besoin, c'est d'action, de mesures concrètes", et "pas uniquement de changement de Constitution". Pour Éric Ciotti, le discours du président est "quelque part un aveu d'échec". "Ma première réaction, c'est le regret que ces dispositions, que pour  beaucoup l'opposition a défendues, ne soient pas intervenues plus tôt", a-t-il dit. 

"On ne fait pas la guerre avec une législation de paix"

Christian Estrosi partage sa déception dans un communiqué : "Ce n'est pas la modification constitutionnelle floue qui a été annoncée, la saisine du Conseil d'État qui vont permettre d'éradiquer l'ennemi de l'intérieur au plus vite". En effet, "j'attendais plus de mesures concrètes et immédiates que le président de la République aurait pu annoncer avec une vraie législation d'exception car on ne fait pas la guerre avec une législation de paix", a-t-il ajouté.

Pour modifier cette constitution, il faut que trois cinquième des deux assemblées soient d'accord, ce qui semble mal engagé. En effet, après le départ du chef de l'État, le patron des Républicains, Christian Jacob, a rejeté l'idée de modifier la constitution. Le moment d'unité nationale n'aura donc pas duré, au profit d'une bataille politique qui s'est engagée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christian Jacob Les Républicains François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants