1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Champs-Élysées : Philippe "pas satisfait" que l'assaillant bénéficie d'un port d'armes
2 min de lecture

Champs-Élysées : Philippe "pas satisfait" que l'assaillant bénéficie d'un port d'armes

Le premier ministre a commenté le profil de l'assaillant des Champs-Élysées, qui a raté un attentat contre des forces de l'ordre.

Des policiers en intervention.
Des policiers en intervention.
Crédit : Thomas Samson / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Moins de 24 heures après l'attentat des Champs-Élysées à Paris, des questions restent en suspens concernant les intentions de l'assaillant, dont la voiture, qui contenait deux bonbonnes de gaz (aucun dispositif de mise à feu), deux armes de poing, un fusil d'assaut et des cartouches et des chargeurs en très grande quantité, a percuté deux fourgons de gendarmerie lundi 19 juin. 

L'assaillant fiché S depuis 2015 est décédé. Si les circonstances de sa mort sont encore à éclaircir, l'homme de 31 ans s'était vu accorder un permis de détention d'armes, renouvelé il y a quelques mois, pour au moins trois armes, selon nos informations. Invité de BFMTV, le premier ministre, Édouard Philippe, a assuré qu'il n'était "pas satisfaisant" que cela soit possible. "Personne ne peut se satisfaire, et certainement pas moi, de ce que quelqu'un qui fait l'objet d'un signalement puisse continuer à bénéficier de cette autorisation", a déclaré le Premier ministre.

"Si on retire une autorisation de port d'armes à quelqu'un qui fait l'objet d'une surveillance ou qui est suivi, il va assez vite comprendre pourquoi on lui retire son autorisation. C'est une décision difficile à prendre à un moment donné", a ajouté l'ancien maire du Havre pour qui il est impensable que les présidents de clubs de tir sportif aient accès à la liste des fichés S.

"Nous devons sortir de l'état d'urgence"

Dans cette affaire, quatre membres de la famille de l'assaillant ont été placées en garde à vue et des perquisitions ont été menées à son domicile du Plessy-Pâté (Essonne). Un stock d'armes a été découvert à son domicile et du matériel est en cours d'analyse.

À lire aussi

Plus largement, Édouard Philippe a estimé que "nous allons vivre pendant longtemps avec une menace teroriste élevée. Nous ne pouvons pas rester en état d'urgence (renouvelé jusqu'au 1er novembre 2017). Nous devons en sortir. Nous devons faire en sorte qu'en sortant de l'état d'urgence, un certain nombre de situation extrêmement limitées mais très sérieuses puissent être prises en compte avec des instruments légaux sous le contrôle des juges."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/