3 min de lecture Laïcité

À Chalon-sur-Saône, le principe de laïcité s'invite dans les assiettes des écoliers

La décision du maire UMP de Chalon-sur-Saône de supprimer les menus de substitution dans les cantines scolaires est vivement condamnée par les familles musulmanes et la ministre de l'Éducation.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
À Chalon-sur-Saône, le principe de laïcité s'invite dans les assiettes des écoliers Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : Frédéric Perruche | Durée : | Date :
La page de l'émission
Benjamin Hue
Benjamin Hue
et Frédéric Perruche

La décision n'est pas passée inaperçue. Au nom du principe de laïcité, le maire UMP de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, a annoncé lundi 16 mars la suppression dès la rentrée prochaine du menu de substitution dans les cantines scolaires de la ville. Installée dans la collectivité depuis 31 ans, cette pratique "consistait à proposer un menu de substitution lorsqu'un plat contenant du porc était servi dans les cantines de la commune de Saône-et-Loire", a écrit l'élu dans un communiqué.

Par cette mesure, Gilles Platret entend "revenir à une pratique exigeante du vivre-ensemble". L'élu se défend de toute discrimination. "Si vous avez un espace qui est neutre. Tout le monde peut y venir sans imposer sa loi à quiconque. C'est exactement ce que nous faisons en ce moment. Et lorsque vous proposez un menu de substitution, vous désignez une catégorie d'élèves, en en faisant des élèves différents. En y mettant fin, on retrouve l'unité et l'égalité de traitement pour tous les élèves dans les cantines de Chalon", explique-t-il.

"C'est toujours envers les musulmans, les décisions comme ça"

Gilles Platret, également coprésident du groupe de travail sur la laïcité au sein de l'Association des maires de France, a adressé un courrier aux parents des 3.800 élèves de la ville en accompagnement du formulaire d'inscription aux cantines municipales en vue de la rentrée scolaire de septembre prochain. Mais la décision ne passe auprès des familles musulmanes qui s'estiment une nouvelle fois victimes de discrimination. 

"C'est choquant. C'est de la discrimination ce que fait le maire. Après, les musulmans ne vont plus inscrire leurs enfants à la cantine. C'est lui qui va être perdant. Nous, on les fera manger à la maison", enrage une mère de famille. "C'est toujours envers les musulmans les décisions comme ça. Ce n'est pas le vivre-ensemble. La cantine, c'est un moment de partage pour les enfants. Là, il n'y a plus de liberté", abonde un père.

À lire aussi
Le père Eric De Nattes dirige une messe le 7 novembre 2016 à l'église de Saint-Luc à Sainte-Foy-les-Lyon, afin de rendre hommage aux victimes qui ont été agressées sexuellement par le père Preynat. Philippe Barbarin
Pédophilie : Bernard Preynat "ne fera plus partie du clergé", dit Bruno Gonçalves sur RTL

Le président de la fédération de parents d'élèves (FCPE) de Saône-et-Loire, Éric Violette, a estimé pour sa part que son organisation "ne pouvait pas approuver" la décision du maire de Chalon. "Cela survient comme un orage de grêle brutal", a-t-il déclaré. "On lui laisse le droit à l'erreur. Mais c'est une décision qui nous choque car, pour nous, la laïcité, c'est le respect de l'autre. Or, la décision du maire est une position de laïcard", a-t-il estimé, précisant qu'il n'y avait "aucun problème sur les cantines" à Chalon, où 2.500 repas sont distribués chaque jour aux enfants. "Du porc est servi une à deux fois par mois. On aurait pu trouver une solution".

Najat Vallaud-Belkacem condamne "une décision politicienne"

Après avoir appelé au "discernement", la ministre de l'Éducation Najat Vallaud-Belkacem a condamné mardi une décision "politicienne" et "démagogique" qui ne va pas, selon elle, "dans le sens des enfants". "Bien sûr que je regrette cette décision et que je la condamne. Pour une raison très simple. Il s'agit de prendre en otage des enfants. Supprimer la possibilité d'avoir un menu non confessionnel, je trouve que c'est une façon, en réalité, d'interdire l'accès de la cantine à certains enfants", a-t-elle affirmé au sortir d'une réunion de ministres européens de l'Éducation à Paris.

La ministre a également rappelé que "le Parlement vient d'adopter un droit à la cantine pour tous, afin de veiller à ce que chaque enfant puisse manger à sa faim". "Jusqu'à présent, on a su faire preuve de discernement. C'est le seul conseil que je puisse donner", a-t-elle indiqué en marge d'une visite dans un collège de la capitale.

Dans un communiqué, l'Observatoire de la laïcité a quant à lui rappelé que la laïcité ne saurait conduire à "refuser la diversité des menus". "Les cantines scolaires proposent généralement une diversité de menus, avec ou sans viande. Cette offre de choix ne répond pas à des prescriptions religieuses mais à la possibilité pour chacun de manger ou non de la viande tout en empêchant la stigmatisation d'élèves selon des convictions personnelles".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laïcité Saône-et-Loire Cantine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7777028467
À Chalon-sur-Saône, le principe de laïcité s'invite dans les assiettes des écoliers
À Chalon-sur-Saône, le principe de laïcité s'invite dans les assiettes des écoliers
La décision du maire UMP de Chalon-sur-Saône de supprimer les menus de substitution dans les cantines scolaires est vivement condamnée par les familles musulmanes et la ministre de l'Éducation.
https://www.rtl.fr/actu/politique/chalon-sur-saone-le-principe-de-laicite-s-invite-dans-les-assiettes-des-ecoliers-7777028467
2015-03-17 17:15:38
https://cdn-media.rtl.fr/cache/n9IgzQEa8y0KK1Yd12VQ0Q/330v220-2/online/image/2015/0312/7776981559_une-cantine-dans-un-college-illustration.jpg