1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Cazeneuve à Sarkozy : impossible d'interdire le retour des jihadistes français
2 min de lecture

Cazeneuve à Sarkozy : impossible d'interdire le retour des jihadistes français

Ce samedi, Bernard Cazeneuve a répondu à Nicolas Sarkozy qu'interdire le retour en France des jihadistes était impossible.

Bernard Cazeneuve lors d'une conférence de presse au ministère de l'Intérieur, le 16 janvier 2015. (illustration)
Bernard Cazeneuve lors d'une conférence de presse au ministère de l'Intérieur, le 16 janvier 2015. (illustration)
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a assuré ce samedi 17 janvier à Nicolas Sarkozy que la plupart des propositions de l'UMP pour lutter contre le terrorisme étaient partagées voire mises en oeuvre par le gouvernement, mais qu'il était impossible d'interdire le retour en France de jihadistes français.

Dans un courrier en réponse à la lettre que lui a adressée jeudi le président de l'UMP, Bernard Cazeneuve remercie Nicolas Sarkozy d'avoir pris part à sa consultation des ex-ministres de l'Intérieur.

Contraire au droit européen

Le ministre explique par ailleurs pourquoi il s'oppose à la proposition phare du patron de l'UMP : l'interdiction de retour en France pour les personnes parties faire le jihad à l'étranger, y compris si elles sont Françaises ou binationales.

La Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme stipule que "nul ne peut être privé du droit d'entrer sur le territoire de l'Etat dont il est le ressortissant", souligne Bernard Cazeneuve. "Sauf à prendre le risque de se trouver sanctionné par la Cour européenne des droits de l'Homme, cet article s'oppose donc à ce que le retour en France de ressortissants français soit interdit, qu'ils aient ou non une autre nationalité", affirme-t-il.

À lire aussi

S'agissant de la déchéance de nationalité française pour les personnes condamnées pour terrorisme, Bernard Cazeneuve rappelle qu'elle est prévue par la loi et souligne avoir lui-même pris une mesure de ce type.

Consensus sur beaucoup de points

Il affirme partager le souhait d'une coopération internationale "renforcée" en matière de renseignement, notamment avec le Maghreb et le Proche-Orient. "Je partage votre ambition" aussi sur une réforme de l'espace Schengen, écrit par ailleurs Bernard Cazeneuve, qui ajoute avoir pris des initiatives pour renforcer les contrôles aux frontières extérieures de l'UE. 

Même consensus affiché dans la lutte contre la radicalisation en prison et le trafic d'armes, ainsi que sur le renforcement de l'équipement des forces de l'ordre.

Le ministre promet également qu'une future loi sur le renseignement, dont l'élaboration est accélérée, "permettra de doter nos services de moyens nouveaux". "Le gouvernement a décidé (...) de recruter 500 agents supplémentaires chaque année", a-t-il développé.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/