1 min de lecture Christophe Castaner

Castaner annonce sur RTL sa candidature à la délégation générale de REM

REPLAY - INVITÉ RTL - L'actuel porte-parole du gouvernement pourrait être l'unique candidat à la fonction lors du congrès du parti du 18 novembre.

L'invité de RTL
Castaner annonce sur RTL sa candidature à la délégation générale de REM
Crédit Média : RTLnet Crédit Image : Loïs Richard
Voir la suite

Christophe Castaner a annoncé sur RTL sa candidature à la délégation générale de La République En Marche, mercredi 25 octobre. Si les candidatures à cette fonction bénévole sont officiellement ouvertes jusqu'au 2 novembre, l'actuel porte-parole du gouvernement pourrait être l'unique candidat lors du Conseil national du parti du 18 novembre. "C'est un challenge extraordinaire. Il faut arriver aujourd'hui à construire un mouvement politique différent, donner une énergie à ce mouvement (...) Emmanuel Macron n'avait pas besoin de beaucoup insister pour me convaincre", lance-t-il, réfutant ainsi ses hésitations supposées à accepter la fonction.

Emmanuel Macron a-t-il explicitement demandé à Christophe Castaner de prendre la tête du parti ? "J'ai échangé bien sûr avec Emmanuel Macron, avec Édouard Philippe mais aussi avec un collectif", explique-t-il, confirmant le soutien total du chef de l'État.

"S'il m'a choisi et s'il a soutenu ma candidature, c'est parce qu'aujourd'hui j'ai le soutien de la base des militants de La République En Marche, que j'incarne cette voie dont La République En Marche a besoin."

À la tête de REM mais encore au gouvernement ?

Aujourd'hui porte-parole du gouvernement et secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner devrait perdre la première casquette après son élection. "Le porte-parole du gouvernement ne peut pas être le représentant d'un des mouvements politiques de la majorité."

Qu'en sera-t-il de sa place au gouvernement ? Christophe Castaner reste ambigu. "La fonction de délégué général du mouvement La République En Marche implique de toute façon d'avoir une autre activité", rétorque celui qui a été réélu député des Alpes-de-Haute-Provence en juin. "Je garderai mes activités ministérielles tant que le président de la République et le Premier ministre m'en confient les responsabilités." 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés