4 min de lecture Élections départementales

CARTE INTERACTIVE - Départementales 2015 : Corrèze, Essonne, Nord... Les bastions symboliques perdus par la gauche

CARTE INTERACTIVE- Au lendemain du second tour des élections départementales, le PS a perdu de nombreux fiefs historiques et symboliques, parmi lesquels la Corrèze du Président et l'Essonne du Premier ministre.

François Hollande et Manuel Valls le 10 janvier 2015 (archives).
François Hollande et Manuel Valls le 10 janvier 2015 (archives). Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Marion Dubreuil
Marion Dubreuil
et Fanny Bonjean

À la suite du second tour des élections départementales, la gauche a perdu de nombreux bastions symboliques, au premier rang desquels figurent la Corrèze, fief de François Hollande, l'Essonne de Manuel Valls, le Nord de Martine Aubry, la Seine-Maritime de Laurent Fabius, les Deux-Sèvres de Ségolène Royal et les Bouches-du-Rhône, citadelle imprenable depuis 1953.

La Corrèze du Président retourne dans le giron de la droite

La Corrèze, qui avait basculé à gauche en 2008, est retournée dans le giron de la droite au lendemain du second tour des élections départementales de 2015. Une victoire que s'est empressée de saluer Bernadette Chirac:  "L'union des droites a permis à la Corrèze de rebasculer à droite et de reprendre l'élan du temps où mon mari était président de la République".

L'union des droites a permis à la Corrèze de rebasculer à droite et de reprendre l'élan du temps où mon mari était président de la République.

Bernadette Chirac
Partager la citation

L'Essonne de Manuel Valls vire à droite

C'est Jérôme Guedj, le président sortant du conseil général de l'Essonne, qui a annoncé en personne sur Twitter le basculement du département peu avant la publication des résultats officiels. Tout en annonçant sa réélection en tant que conseiller départemental de l'Essonne, il a appelé à un "sursaut". 

À lire aussi
Jacques Bompard, maire extrême-droite de la ville d'Orange (Vaucluse) extrême droite
Orange : deux partis d'extrême droite au second tour

L'Essonne était à gauche depuis les élections de 1998 et Jérôme Guedj avait été élu à la tête du Conseil général en 2011. Avec 26 sièges pour la droite contre 10 pour la gauche, la couleur du prochain Conseil départemental ne fait plus aucun doute. C'est un désaveu pour le Premier ministre qui était député-maire d'Évry depuis 2002, avant de rentrer au gouvernement. 

Le Nord de la maire socialiste de Lille bascule à droite

Le département du Nord était dirigé par la gauche depuis 1992 et pourtant il a basculé en une soirée à droite. Jean-René Lecerf, le candidat UMP-UDI à la présidence du Conseil départemental qui a revendiqué très tôt la victoire de son camp devrait prendre la tête du Nord jeudi 2 avril. 

C'est un revers de taille pour Martine Aubry mais également pour le ministre des Sports, Patrick Kanner malgré sa réélection. L'ex-secrétaire nationale du PS a imputé la défaite de la gauche à "un vote de protestation par rapport à la politique nationale". La maire de Lille a néanmoins salué les bons scores de la gauche dans sa ville: "Le score de la gauche reste largement majoritaire à Lille, Lomme ou Hellemmes". 

La Seine-Maritime de Fabius passe à droite

Le bastion du ministre des Affaires étrangères était à gauche depuis 2004, il est passé in extremis à droite dimanche 29 mars. Seule consolation pour Laurent Fabius, le canton du Grand Quevilly, où il a été élu député à quatre reprises, est resté à gauche. 

Le Doubs de Moscovici fait cap à droite

Même désaveu pour la gauche dans le Doubs, fief du nouveau commissaire européen Pierre Moscovici, député du Doubs de 1997 à son entrée au gouvernement en 2012. Après avoir emporté de justesse la législative partielle de février dernier face au FN, le PS ne renouvelle pas l'exploit. Le Doubs, qui était passé à gauche en 2004, retourne dans le giron de la droite (qui détenait le département depuis 1913). Au terme du second tour, l'Union de la droite et des centres a remporté 12 cantons sur 19. 

Le département des Deux-Sèvres de Royal bascule à droite

Le département des Deux-Sèvres, bastion de Ségolène Royal qui y a été élue députée de 1988 à 2007, a basculé à droite ce dimanche 29 mars. La droite reprend un département que la gauche lui avait ravi en 2008 et l'emporte dans 12 des 17 cantons.

La défaite historique du PS dans les Bouches-du-Rhône

Les Bouches-du-Rhône étaient à gauche depuis 1953, mais dimanche 29 mars, le département a basculé à droite mettant un terme à 18 ans de "règne" de Jean-Noël Guérini. Le président sortant du Conseil général a déclaré : "J'assume ce qui s'est passé aujourd'hui, mais je regrette les dégâts de la politique gouvernementale qui sont à l'origine d'une débâcle pour la gauche au plan national". 

Je regrette les dégâts de la politique gouvernementale qui sont à l'origine d'une débâcle pour la gauche au plan national

Jean-Noël Guerini
Partager la citation

C'est la chef de file de l'union UMP-UDI, Martine Vassal, également adjointe à la mairie de Marseille qui a revendiqué en personne la victoire de son camp avant la publication des résultats définitifs. "J'ai l'immense honneur de vous annoncer que pour la première fois, nous venons de gagner le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône", a-t-elle déclaré. 

Le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, a salué sur Twitter un "succès doublement historique". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections départementales Parti socialiste Bouches-du-rhône
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7777173417
CARTE INTERACTIVE - Départementales 2015 : Corrèze, Essonne, Nord... Les bastions symboliques perdus par la gauche
CARTE INTERACTIVE - Départementales 2015 : Corrèze, Essonne, Nord... Les bastions symboliques perdus par la gauche
CARTE INTERACTIVE- Au lendemain du second tour des élections départementales, le PS a perdu de nombreux fiefs historiques et symboliques, parmi lesquels la Corrèze du Président et l'Essonne du Premier ministre.
https://www.rtl.fr/actu/politique/carte-intercative-departementales-2015-correze-essonne-nord-les-bastions-symboliques-perdus-par-la-gauche-7777173417
2015-03-30 12:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/MfzdCYV5WOM0qChBMWiqvg/330v220-2/online/image/2015/0311/7776972074_hollande.jpg