4 min de lecture Élections départementales

CARTE INTERACTIVE - Élections départementales 2015 : les 6 départements que le Front national peut remporter

CARTE INTERACTIVE - Le parti de Marine Le Pen a obtenu un très bon score lors du premier tour des élections départementales et conserve ses chances de prendre la direction de plusieurs conseils départementaux.

Les 6 départements que pourrait remporter le Front National
Les 6 départements que pourrait remporter le Front National Crédit : Romain Renner / Fanny Bonjean / RTL.fr
Romain Renner
Romain Renner
et Fanny Bonjean

En tête dans 43 départements à l'issue du premier tour des élections départementales, le Front national ne devrait pas prendre la direction de 43 conseils départementaux. Le mode de scrutin, les reports de voix, les désistements et le front républicain demandé par la gauche joueront, a priori, en faveur des candidats des unions de la gauche et de la droite.

Malgré un très bon score, le FN ne présente "que" 1.107 binômes au second tour qui se déroulera le 29 mars, contre 1.234 pour la gauche et 1.602 pour la droite. Une droite qui a déjà élu 110 de ses binômes, contre 4 pour le parti de Marine Le Pen, qui conserve tout de même de fortes chances dans les 273 cantons où il se trouve confronté à des triangulaires. Selon une estimation de l'Ifop publiée par Le Figaro, le Front national peut prétendre à la victoire dans au minimum cinquante cantons. Suffisant pour remporter un ou plusieurs départements.

>> Suivez le récit du deuxième tour des élections départementales en direct
>> Retrouvez les résultats du second tour dans chaque département, canton par canton

Le Var

Terre d'accueil de trois des dix municipalités frontistes - l'une des onze victoires FN a été annulée, le 25 février -, à Fréjus, Le Luc et Cogolin, le Var, qui abrite également un sénateur FN, est le laboratoire politique du parti. Les troupes de Marine Le Pen y ont obtenu 38,9% et sont arrivées en tête dans 15 des 23 cantons du département - pour une victoire dès le premier tour.

À lire aussi
Jacques Bompard, maire extrême-droite de la ville d'Orange (Vaucluse) extrême droite
Orange : deux partis d'extrême droite au second tour

La gauche, quasi-absente du second tour, sera l'arbitre de cette élection qui se jouera entre la droite et le FN. Certains responsables locaux évoquent d'ores et déjà des alliances entre la droite et la gauche afin de faire barrage au FN. Le front républicain exigé par le Parti socialiste pourrait bien priver de victoire un Front national qui se voyait probablement un peu plus fort.

Le Vaucluse

Comme dans le Var, le FN a remporté deux sièges dès le premier tour. En tête dans 11 des 17 cantons que compte le Vaucluse, pour un score total de 37,4%, le FN sera présent à tous les seconds tours qui se joueront dimanche. La configuration des duels et triangulaires qui se profilent semblent indiquer qu'une victoire FN est sérieusement envisageable, notamment grâce aux cantons de Valréas, Monteux, Orange et Bollène, où l'extrême droite (FN + Ligue du Sud) apparaît très bien placée.

Le résultat final dépendra de la capacité du FN à mobiliser un réservoir de voix suffisant pour l'emporter dans trois ou quatre cantons supplémentaires pour s'assurer la victoire. La lutte fratricide avec la Ligue du Sud de Jacques Bompard, qualifiée dans 2 cantons, sera également un élément déterminant du vote du 29 mars.

Le Gard

Difficile de prédire l'issue du scrutin du 29 mars dans le département qui abrite une municipalité (Beaucaire) et un député (Gilbert Collard) frontistes. Arrivé en tête lors du premier tour (35,54% des voix), le parti de Marine Le Pen sera présent dans les 22 cantons qui organisent un second tour - le 23ème a été remporté par un binôme communiste.

Le FN est arrivé en tête dans 13 cantons mais pourrait faire les frais d'une alliance droite-gauche aux allures de pacte gagnant-gagnant. La gauche est opposée au FN dans 7 cantons, alors que la droite l'affrontera dans 9 autres. C'est l'attitude qu'encourage Jean-Paul Fournier, le sénateur-maire de Nîmes. "Je ne veux pas que le Front national accède au pouvoir dans ce département et je ferai tout pour l’empêcher", explique-t-il.

Trois binômes de droite ont décidé de se désister au second tour alors qu'ils pouvaient se maintenir pour des triangulaires. Un acte de désobéissance vis-à-vis des consignes de Nicolas Sarkozy. Six triangulaires se profilaient : la gauche était la mieux placée dans 4 cas et le FN dans 2. La droite faisait office de challenger dans chacune des six. "Je ne veux pas être le bouc-émissaire, celui qui a fait élire le FN. Et en tant qu’élu d’un village de 150 habitants, j’aurai besoin de relais sérieux dans le futur conseil départemental. Ce n’est pas le FN, dont une des candidates est étudiante à Tourcoing, qui va m’apporter cette garantie", assume Olivier Cambraye, candidat divers droite qui a retiré sa candidature, dans les colonnes du Monde.

L'Aisne

Avec un binôme déjà élu, une présence dans tous les cantons qui organisent un second tour et une position de leader dans 15 cantons le 22 mars, le Front national semble avoir toutes ses chances dans l'Aisne, où il compte une municipalité (Villers-Cotterêts).

Aucun favori ne semble toutefois se dégager, à trois jours du second tour. Encore une fois, d'éventuels désistements pourraient tout changerSelon L'Express, la gauche refuserait de se désister dans deux cantons où elle arrivée troisième mais l'aurait fait à Soissons-1.

Le Pas-de-Calais

Comme attendu, le Front national est arrivé en tête (35,63%) dans le Pas-de-Calais. En prenant la première position dans 22 des 39 cantons du département, le FN a écrasé le scrutin, loin devant la gauche (27,46%), pourtant dans l'un de ses bastions historiques, et la droite (18,5%). 

Le FN profiterait du respect du respect de la consigne du "ni-ni" par les électeurs de l'UMP. Il doit en effet affronter la gauche dans 16 duels, dimanche prochain. Cette dernière, en totale perte de vitesse dans le département nordiste aura besoin des voix de la droite pour empêcher la prise de pouvoir frontiste.

L'Oise

Le Parti socialiste perdra quoi qu'il arrive ce département picard, où le FN est arrivé en tête (35,11%) lors du premier tour. La droite n'est pas loin (29,97%) et devrait profiter du report de voix socialistes pour combler son retard. Le Front national a toutefois une belle carte à jouer en étant présent dans l'ensemble des cantons, dont 14 où il a fini en tête, dimanche dernier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections départementales Front national UMP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants